Monde

Daech revendique la fusillade qui a fait 50 morts à Orlando

Slate.fr, mis à jour le 13.06.2016 à 1 h 32

La plus grave tuerie de masse de l'histoire du pays est «un acte de terreur et de haine», selon Barack Obama.

À proximité du domicile d'Omar Mateen, le 12 juin 2016. JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

À proximité du domicile d'Omar Mateen, le 12 juin 2016. JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Une fusillade survenue dans une boîte de nuit fréquentée par la communauté homosexuelle d'Orlando, en Floride, dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 juin, a fait au moins 50 morts et 53 blessés, selon le dernier bilan officiel. Un «acte de terreur» et un «acte de haine», selon les mots prononcés dans une allocution par Barack Obama, qui signe ce qui est la plus meurtrière fusillade de masse de l'histoire moderne américaine. Jusqu'ici, la tuerie la plus meurtrière avait fait 44 morts à Bath, en 1927, et la plus meurtrière de l'histoire «moderne», celle de Virginia Tech, 32 morts en 2007.

Vers deux heures du matin, le suspect, identifié comme Omar Mateen, un Américain d'origine afghane de 29 ans, a fait irruption, lourdement armé, dans la discothèque, le Pulse, où il a abattu des dizaines de personnes et retenu plusieurs otages avant d'être abattu par les forces spéciales américaines, rapporte l'Orlando Sentinel. La police d'Orlando a expliqué avoir trouvé sur le tireur un AR-15, la même arme qui avait été utilisée en 2012 par Adam Lanza lors de la fusillade de l'école de Sandy Hook

La police a également indiqué avoir eu recours à une «explosion maîtrisée» à l'intérieur de la discothèque, après la fusillade, sans donner davantage de détails sur l'intervention. Lors des échanges de tirs avec la police, Omar Mateen était armé, en plus de son fusil d'assaut, d'une arme de poing et d'un «dispositif suspect» dont l'origine n'a pas été précisée, ont ajouté les autorités

Le FBI a très vite ouvert une enquête pour «acte de terrorisme», expliquant que Mateen «pourrait avoir des sympathies pour cette idéologie particulière, mais nous ne pouvons l'affirmer catégoriquement». L'homme a appelé un numéro d'urgence en Floride et a «juré allégeance au chef de l'organisation État islamique». Selon l'agence Amaq, liée aux djihadistes, c'est un «combattant de l'EI» qui a commis l'attaque.

Si la qualification de terrorisme islamiste était retenue, il s'agirait de l'attaque la plus meurtrière de ce genre aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001 (2.996 morts, dont 19 kamikazes). En décembre 2015, à San Bernardino (Californie), une attaque menée par un couple inspiré par des organisations terroristes étrangères, mais non revendiquée par Daech, avait tué 14 personnes.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte