Tech & internet

Comment Google, Apple, Facebook ont changé les entretiens d'embauche

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 11.06.2016 à 15 h 27

Repéré sur Fast Company, Business Insider

Les groupes de nouvelles technologies bousculent les techniques d'entretien et les autres s'en inspirent. Les candidats, eux, sont obligés répondre à d'étranges questions.

What's in your digital baggage? | Official AVG via Flickr CC License by

What's in your digital baggage? | Official AVG via Flickr CC License by

Oubliez la traditionnelle question «Vous vous voyez où dans dix ans?». Aujourd'hui, les entreprises posent des questions auxquelles vous ne vous attendez pas ou vous font peut-être passer une série d'entretiens qui n'en finit plus. Les entretiens d'embauche ont bien changé ces dernières années. Et Google, Apple, Facebook, et les autres grands acteurs de la Silicon Valley n'y sont pas pour rien, analyse le site Fast Company.

Parmi les questions les plus farfelues, un internaute rapporte que lors d'un entretien chez Airbnb, quelqu'un lui a demandé: «Que feriez-vous si vous étiez le seul survivant à un crash d'avion?». Plus classique chez Facebook: «Le jour où vous avez fait le mieux –ce dont vous êtes le plus fier professionnellement–, qu'est-ce que vous avez fait précisément ce jour-là?». Question que Google pourrait aussi poser, selon Fast Company.

«Comment expliqueriez-vous le cloud à un enfant de 6 ans?»

Le site Business Insider a pu en lister jusqu'à quarante et une posées chez Google, comme celles-ci: «Si vous vouliez amener votre chien mais que l'un des vos collègues était allergique, que feriez-vous?»; «Combien de façon de trouver une aiguille dans une botte de foin pouvez-vous imaginer?»; «Estimez le nombre de balles de tennis qui pourraient entrer dans un avion»; «Comment expliqueriez-vous le cloud à un enfant de 6 ans?»...

Pourquoi ces questions étranges? Parce que ces grands groupes cherchent à employer les gens les plus talentueux possibles pour imaginer leurs nouveaux produits. Ils testent donc l'inventivité des candidats.

En revanche, ils ne veulent pas que leurs techniques d'entretien soient connues de tous, ce serait trop facile pour les candidats ensuite. Ils obligent donc parfois à signer des clauses de confidentialité, juste pour les entretiens.

Bienvenue au club

Malgré tout, cette originalité, d'autres s'en inspirent dans la Silicon Valley, comme LinkedIn qui semble demander à ces développeurs: «Qu'est-ce qu'une transaction?» et qui n'hésite pas à poser des problèmes mathématiques. Chez le créateur de site Squarespace, pour détendre ceux qui se présentaient, jusqu'à récemment, on leur demandait quel était selon eux le meilleur «bœuf» (musical) des années 90. Mais depuis que la question a été révélée sur internet, l'entreprise s'en tient à des questions qui concernent uniquement le poste.

Au-delà des compétences et de la créativité que ce processus est censé révéler, ces entretiens inattendus contribuent à montrer aussi qu'il s'agit d'entrer dans un club (parfois très fermé si ces entreprises cultivent le secret) et que les compétences professionnelles ne suffisent pas, car on va aussi juger la façon de réagir et de se comporter d'un prétendant au poste.

GoogleFacebookairbnbAppleLinkedIn
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte