Science & santé

A cause de la lumière, un tiers de l'humanité ne voit pas la Voie lactée

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 11.06.2016 à 10 h 08

Repéré sur The Guardian

Selon les auteurs de cette étude, il s'agit d'une «perte culturelle d'une magnitude sans précédent».

Une portion de la Voie Lactée vue depuis l'observatoire du Cerro Paranal. | Wikimedia

Une portion de la Voie Lactée vue depuis l'observatoire du Cerro Paranal. | Wikimedia

Selon un nouvel atlas de la pollution lumineuse publié dans la revue Science Advances, plus d'un tiers de l'humamité ne peut plus voir la Voie lactée. A cause de l'omniprésence de la lumière artificielle, la Voie lactée est invisible pour 60% des Européens et près de 80% des Américains du Nord, rapporte The Guardian.

Dans des conditions idéales, la Voie lactée est visible de la Terre sous forme d'une bande plus claire dans le ciel nocturne, mais il y a désormais certaines parties du monde –comme Singapour, le Koweït et Malte– d'où il est complètement impossible de la voir. 

Pour Fabio Falchi, un des membres de l'équipe internationale de scientifiques qui a élaboré l'atlas, il s'agit «d'une perte culturelle d'une magnitude sans précédent».

«L'humanité a enveloppé notre planète d'un brouillard lumineux qui empêche la plupart de la population de la Terre de pouvoir observer notre galaxie» écrivent les auteurs.

Des endroits plus ou moins affectés

Les données utilisées pour créer cet atlas viennent du satellite météorologique Suomi NPP et de relevés de luminosité sur le terrain. Les auteurs ont par exemple trouvé que les habitants de la région parisienne doivent voyager environ 900 kilomètres pour trouver des zones où le ciel n'est pas pollué la nuit par la lumière (notamment en Ecosse, en Corse ou en Espagne centrale).

«C'est la première fois de l'histoire de l'humanité que nous avons perdu un contact direct avec le ciel nocturne» explique Fabio Falchi au New York Times.  

Parmi les endroits les moins affectés par la pollution lumineuse, on trouve Madagascar, le Groënland et la République centrafricaine. Les auteurs de l'étude expliquent aussi que si les lampes actuelles sont remplacées par des lampes LED, la clarté artificielle des cieux sera encore plus forte qu'actuellement.

L'atlas permet aussi de voir à quel point la lumière des grands centres urbains affecte les environs, même à plusieurs centaines de kilomètres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte