Economie

La France a besoin de plus d'inégalités

Eric Le Boucher, mis à jour le 12.06.2016 à 14 h 24

Ce n'est pas le 1% le plus riche des Français qui a amélioré la situation, mais les 10% les plus pauvres qui ont vu la leur se dégrader. Il faut donc améliorer les aides sociales et mieux rémunérer les talents.

Sitôt assis dans son fauteuil à l'Elysée, dès l'été 2012, François Hollande découvre une réalité totalement contraire à ses croyances les plus installées, aux professions de foi de son parti et à l'idéologie de tout son camp: les entreprises françaises ne gagnent pas assez d'argent. C'est le contraire de ce que pense et dit toute la gauche française, qui regarde la dérive de la répartition salaires/profits dans le monde et conclut que les bénéfices sont trop gras. Qui se focalise sur «les milliards» du CAC 40 et renforce sa conviction que ses membres en gagnent trop. Que «l'argent est là» et qu'il suffit de le prendre pour le redistribuer aux nécessiteux.

Toute l'explication du quinquennat est dans cette découverte post-scrutin faite à la lecture du rapport de Louis Gallois: les marges réelles des entreprises n'ont cessé de diminuer depuis quinze ans, elles sont nettement inférieures à celles des concurrents étrangers. Quant aux profits des géants du CAC, ils proviennent pour une majorité de leurs activités à l'étranger. La réalité est là, toute bête: les profits ne sont pas mirifiques, ils sont trop maigres. Le retour de l'économie française à l'investissement et l'emploi, à la bonne santé naturelle, passe par un accroissement des marges, par une économie de l'offre.

François Hollande s'engagera dans cette voie à l'exact opposé de celle annoncée. Choix économiquement inévitable mais politiquement meurtrier. La France lui sera redevable, mais il ouvre une irréconciliable opposition au sein de son parti et ses électeurs embrouillés le lui reprocheront jusque la fin.

En 2017, une autre erreur, très semblable, pointe son nez à propos non plus des entreprises mais des inégalités. Comme il y a cinq ans, le débat politico-médiatique n'est en France que polémique: enflammé par les primes de Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, qui gagne 15 millions d'euros autant que «mille salariés smicards», explosé par des reportages sur les patrons de hedge funds de Wall Street qui engrangent plus de 1 milliard de dollars par an. La tentation est trop irrésistible, les députés de gauche sont tentés de plafonner les hauts revenus et la droite se tient muette devant l'indignation populaire.

Pourtant on peut d'avance le prédire: le futur président, quel qu'il soit, ne le fera pas. Au contraire, il fera l'inverse. Parce que le réalisme de 2017 l'amènera cette fois à mener l'équivalent d'une «politique de l'offre» pour les hautes qualifications et ce qu'on nomme des «talents». Mais cette politique très nécessaire sera aussi difficile à expliquer aux Français en 2017 que le hollandisme depuis 2012. Il faudra aller contre l'opinion courante et contre le blason de la République et avancer un point très épineux: la France a besoin non pas de plus d'égalités mais de plus d'inégalités.

Entendons-nous. Les chiffres montrent que la France est un pays plus inégalitaire qu'elle le croit. Avec un coefficient de Gini de 0,31, elle n'est qu'à la moyenne de l'OCDE (0,32). Les 10% les plus riches gagnent 7,4 fois plus que les 10% les plus pauvres, situation médiane entre le 5,2 fois au Danemark et le 9,6 fois aux Etats-Unis. En outre, les inégalités hors revenus ne sont pas à l'honneur du pays: le système éducatif donne de plus en plus ses diplômes aux enfants de diplômés, les régions pauvres accumulent les handicaps d'emplois, de transports, de présence des services publics. Sans parler des handicaps immenses de sécurité ou d'embauche des populations immigrées.

Surtout, après avoir longtemps été stables, ce qui contraste avec la tendance mondiale, les inégalités se creusent en France depuis la crise de 2008. Mais la cause n'est pas, comme ailleurs, la montée hyperbolique de certains revenus du 1%: très hauts cadres dirigeants, créateurs d'entreprise, traders, sportifs et autres superstars de la mondialisation. Cette part du gâteau prise par le 1% est montée de 1981 à 2012 de 8% à 20% du revenu total avant impôts aux Etats-Unis, de 11% à 14% en Allemagne et même de 4% à 8% en Suède. Mais elle est restée stable à 8% en France (1).

Non. La cause de la croissance des inégalités françaises ne vient pas du haut, elle vient du bas, de la nette dégradation de la situation des plus faibles. Les 10% de personnes les plus pauvres ont vu leurs revenus abaissés de 1% par an en moyenne, selon l'OCDE. «Le poids de la crise porte presque exclusivement sur les couches sociales défavorisées, avec un taux de chômage qui dépasse les 20 %», notent Louis Maurin et Nina Schmidt (2). La pauvreté stagne voire remonte ces dernières années, en rupture avec sa tendance historique. Et la situation des catégories les moins favorisées est très loin de s'améliorer, comme le montre la hausse de 200.000, soit +12,9%, du nombre de titulaires du RSA entre 2012 et 2014.

Ce constat appelle des mesures spécifiques fortes d'aides sociales, d'éducation, de logement, de transport. Mais l'attraction et la conservation des talents appellent aussi, en parallèle, à une remise en cause générale de la politique de rémunération, de stimulation et globalement du regard français sur l'égalité. Il en est de la politique de la toise comme de celle du rabot budgétaire: elles touchent la substance. La France paie mal. Elle doit faire revenir ses chercheurs, ses médecins, ses créateurs, ses cadres supérieurs, ses banquiers. L'Etat doit lui-même mieux payer ses soldats, infirmiers comme généraux, et, pour cela, ne pas stigmatiser les bulletins de paie les plus hauts. Au contraire. Il faut de plus fortes et bonnes inégalités, elles permettront la croissance qui donnera les moyens de combattre les mauvaises inégalités.

Cet article est originellement paru dans Les Échos.

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte