Monde

À Tel-Aviv, «ce n'était pas une attaque terroriste comme les autres»

Temps de lecture : 2 min

Les témoignages des Israéliens après la fusillade survenue ce mercredi 8 juin disent l'ambiance tendue dans la ville.

Des Israéliens dans le quartier de Sarona à Tel-Aviv après l'attentat qui a fait deux morts, le 8 juin 2016. | Jack Guez / AFP
Des Israéliens dans le quartier de Sarona à Tel-Aviv après l'attentat qui a fait deux morts, le 8 juin 2016. | Jack Guez / AFP

C’est l’attaque la plus meurtrière de Palestiniens contre des Israéliens menée depuis octobre dernier. Quatre personnes sont mortes et seize ont été blessées mercredi soir à 21h30 à Tel-Aviv en Israël. Deux Palestiniens armés ont tiré sur les clients du restaurant Max Brenner situé dans un quartier animé de la ville. L’un des terroristes a été blessé par un agent de sécurité qui se trouvait à proximité du site de l’attaque. Présentés comme deux cousins originaires de Yatta, au sud de la Cisjordanie, ils ont été arrêtés par la police.

Un témoin a eu ces mots qui semblent hallucinants à toute personne qui ne vivrait pas dans un pays qui connaît régulièrement des troubles:

«Ce n’était pas une attaque terroriste comme les autres, rapporte le quotidien israélien Haaretz. La fusillade a duré au moins une minute. Ils nous ont obligés à entrer dans une partie fermée du marché.»

Meital Sassi, venue célébrer l'anniversaire de son fils dans le quartier, «a tout de suite su qu'il s'agissait d'une attaque»:

«On a couru comme l'éclair avec le bébé et la poussette, raconte t-elle à Channel 10, une chaîne de télévision israelienne. J'ai crié aux gens qui ne comprenaient pas ce qu'il se passait de courir.»

«Il a tiré à bout portant sur les gens. Il n’a rien dit»

Cette place du quartier de Sarona à Tel-Aviv est très prisée, c’est un lieu de sortie où l’on trouve magasins et cafés. Et se trouve en face du QG de l’armée israélienne, la base Kyria. Les terroristes portaient des costumes et des cravates et étaient assis à la terrasse de ce restaurant de chocolat qui a aussi une antenne à New York aux États-Unis.

«Sans toucher leur nourriture, ils se sont levés et ont sortis leurs armes, ouverts le feu sur les piétons près du restaurant et dans les rues adjacentes au marché», raconte un employé à Daily Beast.

Un autre dit: «Je l’ai vu. Il semblait assis au café et avait une arme à la main. Il a tiré à bout portant sur les gens. Il n’a rien dit.»

Après l'attaque, «les gens couraient pour trouver un refuge, d'autres couraient dans tous les sens avec tous les symptômes de stress-post traumatique, des civils cherchaient les morts», décrit un ambulancier au Daily Mail.

Ce jeudi 9 juin, Israël a décidé de suspendre les permis d’entrée délivrés pendant le ramadan pour les Palestiniens et de déployer de nouvelles troupes en Cisjordanie. Tel-Aviv avait déjà visée par une attaque par balles le 1er janvier dernier.

Slate.fr

Newsletters

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

En Australie, une loi datant de 1984 autorise les écoles religieuses à virer ou refuser des employés ou des élèves LGBT

Un récent rapport du Gouvernement vise à remettre au goût du jour cet Acte sur la discrimination sexuelle, toujours en vigueur.

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

De nouvelles publicités pro-Brexit sur Facebook, financées par un mystérieux site d'«informations»

Ces publicités invitent les utilisateurs à écrire à leurs députés afin de les inciter à rejeter le plan Chequers, qui régule les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Newsletters