Sports

Le problème avec les onze de légende, c'est que les gens n'ont pas de mémoire

Camille Belsoeur, mis à jour le 09.06.2016 à 12 h 01

Avant l'Euro 2016, l'UEFA a dévoilé une très pathétique «meilleure équipe» de l'histoire de la compétition.

Le Portugais Cristiano Ronaldo fête un but inscrit en match amical face à l'Estonie, le 8 juin 2016. PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP

J'ai toujours détesté les élections des équipes de légende de tel ou tel sport, voire pire encore: celles du meilleur joueur de l'histoire d'une discipline. Pour une raison simple: les gens n'ont en tête que le présent et dans leur disque dur cérébral passent encore en boucle les paniers au buzzer de Stephen Curry, la victoire à Roland-Garos de Novak Djokovic ou les dribbles de Lionel Messi. Hypnotisés par les exploits de champions modernes qui dominent leur discipline, ils ne prendront pas la peine de comparer leur palmarès ou leur technicité avec ce que faisaient Michael Jordan, Pete Sampras ou Pelé.

C'est un peu le même phénomène qu'un candidat qui butait sur sa mémoire dans la mythique épreuve du «Burger de la mort» (jeu de l'émission télé «Burger Quiz» où les participants devaient mémoriser les réponses à dix questions consécutives) et ne retenait que les réponses aux dernières questions posées. 

Le vote organisé par l'UEFA, qui demandait aux internautes de composer leur onze de légende de l'histoire de l'Euro, et dont les résultats ont été dévoilés deux jours avant le coup d'envoi de l'édition 2016 en France, nous propose ainsi un spectacle affligeant. Plus de trois millions d'internautes ont voté, et le résultat n'offre en rien un résumé des plus grands joueurs qui ont écrit la légende de la compétition.

Trois Italiens

Qui retrouve t-on dans ce XI? Trois Italiens des années 1990-2000, Buffon, Maldini et Pirlo, alors que l'Italie n'a pas gagné un Euro depuis 1968.

Mais le syndrome le plus sévère de mémoire immédiate se retrouve en attaque. Le Portugais Cristiano Ronaldo, joueur de légende en club avec le Real Madrid et Manchester United, n'a jamais totalement marqué de son empreinte un Euro, ni remporté la compétition avec la Selecção. Et pourtant, il prend la place de Michel Platini, le meneur de jeu français qui détient le record de buts lors d'un tournoi, avec neuf pions plantés en cinq rencontres lors du sacre de la France à domicile en 1984

Un seul «vieux»

Au total, il n'y a que six vainqueurs d'un Euro dans ce onze de légende de l'UEFA. Avec quatre lauréats des années 2000, Zidane et Henry avec les Bleus en 2000, Puyol et Iniesta avec l'Espagne (2008 et 2012), un de la fin des années 80 en la personne du Néerlandais Marco Van Basten, dont la reprise de volée magique en finale de l'Euro 1988 est toujours un tube sur YouTube, et finalement un seul joueur de ce que l'on peut appeler la «préhistoire de l'Euro», quand la compétition n'opposait que quatre équipes. Il s'agit du défenseur allemand Franz Beckenbauer, en sélection allemande de 1965 à 1977, vainqueur avec la RFA en 1972.

À choisir, on préfère donc une victoire en finale de la France le 10 juillet plutôt que de voir Pogba ou Griezmann dans le prochain onze de légende de l'UEFA pour un but magique, mais inutile, inscrit en demi-finale face à l'Allemagne sur la pelouse du Vélodrome, le 7 juillet prochain.

Camille Belsoeur
Camille Belsoeur (133 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte