Monde

De 2008 à 2016, Clinton a changé de destin mais pas de discours

Temps de lecture : 2 min

Huit ans après avoir reconnu sa défaite face à Barack Obama, Hillary Clinton a célébré sa victoire aux primaires démocrates dans un discours aux airs de déjà-vu. La preuve en vidéo.

C'est (presque) officiel: Hillary Clinton sera la première femme candidate du parti démocrate pour la présidentielle américaine. Après une campagne laborieuse longue de plusieurs mois, elle prend sa revanche, huit ans jour pour jour après avoir concédé sa défaite face à Barack Obama, le 8 juin 2008. Dans son discours de victoire prononcé depuis le quartier de Brooklyn à New York, Hillary Clinton a insisté sur la nécessité d'une union avec les partisans de Bernie Sanders, notamment les jeunes, et n'a hésité à s'attaquer frontalement à son rival républicain, Donald Trump.

Malgré des contextes pourtant bien différents, les discours de défaite de 2008 et celui de victoire de 2016 présentent de nombreuses ressemblances –comme le montre notre vidéo en tête d'article–, tant sur la forme (remerciements aux bénévoles, aux organisateurs et aux militants, grandes envolées...) que sur le fond (politique étrangère et coopération internationale, place des femmes dans le monde politique américain, lutte contre les inégalités...).

Pour ne rater aucune autre vidéo, suivez-nous sur YouTube et Dailymotion.

Newsletters

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

La rénovation urbaine au service de la cohésion sociale: le projet Macrolotto Zero

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Les dirigeants chinois comprennent Poutine, mais ne peuvent pas le soutenir

Ne pas se ranger du côté des États-Unis, ni apporter de soutien inconditionnel à Moscou... L'invasion russe de l'Ukraine ne facilite pas la position de Pékin.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio