Culture

Comment trouve-t-on l'amour?

Temps de lecture : 2 min

Peut-être en lisant ces deux livres qui explorent l'histoire et l'évolution des rencontres et des relations amoureuses.

love | Stewart Cutler via Flickr CC License by
love | Stewart Cutler via Flickr CC License by

C'est un sujet qui ne s'épuise jamais: comment trouver une personne que l'on aime avec qui partager sa vie? C'est l'objet de deux livres aux approches très différentes qui sortent aux États-Unis et dont le New York Times propose la critique conjointe.

Il y a d'abord The Invention of Dating, dont l'auteure, Moira Weigel, est doctorante à Yale. La jeune femme veut insister sur la façon dont les rencontres ont évolué en quelques siècles: des négociations presque commerciales entre familles pour s'assurer de son rang à des applications comme Tinder qui nous laissent penser aujourd'hui que le nombre de partenaires possibles est infini. C'est déjà ce que décrivait un immense article de Vanity Fair comparant Tinder au capitalisme.

L'auteure évoque des sujets aussi variés que la prostitution, l'homosexualité dans l'armée, les théories sur l'éducation, celles de Kant sur l'esthétique. Elle en vient à la conclusion que l'absence d'égalité professionnelle entre hommes et femmes est aussi valable pour la vie personnelle, malgré les évolutions sociologiques, résume encore The Economist. Et que cela contribue à la confusion et la difficulté de trouver quelqu'un avec qui partager son quotidien.

«Nous appartenons à une espèce folle»

The Course of Love d'Alain de Botton n'est pas un essai mais un roman qui suit l'histoire d'un couple, Kirsten et Rabih, des premiers rendez-vous au mariage, aux enfants, à l'infidélité. En suivant cette vie de couple, l'auteur montre à quel point chaque membre du couple a toujours besoin de savoir qu'il est désiré. Il décrit ainsi le mariage:

«Nous acceptons qu'il n'y ait pas de meilleure option par ailleurs. Tout le monde est toujours impossible. Nous appartenons à une espèce folle.»

Si Moira Weigel affirme ainsi que notre quête amoureuse est liée à ce que nous impose en partie la société, Alain de Botton montre lui que chaque individu a assez de névroses à gérer pour prendre en compte ce qui l'entoure.

Selon le New York Times, l'une croit donc que tomber amoureux et être en couple relève d'un élan qu'il faut entretenir, tandis que l'autre y voit beaucoup de hasard. Comme pour trancher, en décembre 2015, nous écrivions que la chance n'existe pas en amour mais qu'elle se provoque. Et en mars dernier, nous nous demandions si l'amour était vraiment un jeu de hasard.

Newsletters

L'hologramme de Whitney Houston surpasse celui de Jean-Luc Mélenchon

L'hologramme de Whitney Houston surpasse celui de Jean-Luc Mélenchon

Il sillonne actuellement l'Europe pour une tournée qui bouscule la technologie holographique.

L'existence ou non d'un mot dans une langue en dit beaucoup sur la société

L'existence ou non d'un mot dans une langue en dit beaucoup sur la société

En espagnol, par exemple, il n'y a pas de terme pour désigner un lanceur ou une lanceuse d'alerte.

La justice américaine vient de faire du street art un art à part entière

La justice américaine vient de faire du street art un art à part entière

Un jugement vient de condamner la destruction de 5Pointz, un squat du Queens recouvert de graffitis, au motif qu'il s'agissait d'œuvres d'art.

Newsletters