Monde

Les migrants ont remis à flot la marine italienne

Temps de lecture : 8 min

La marine militaire italienne capitalise sur ses opérations de sauvetage pour redorer son blason.

Des naufragés sauvés en mer arrivent à bord du bateau Vega le 29 mai 2016 dans le port de Reggio Calabria, dans le sud de l’Italie | GIOVANNI ISOLINO/AFP
Des naufragés sauvés en mer arrivent à bord du bateau Vega le 29 mai 2016 dans le port de Reggio Calabria, dans le sud de l’Italie | GIOVANNI ISOLINO/AFP

À l’exception, peut-être, des autorités allemandes et suédoises chargées de l’immigration, peu d’institutions en première ligne de la crise des réfugiés ont joué un rôle aussi prépondérant que la Marina militare.

Chaque jour qui passe, ses navires et ses marins sauvent des dizaines –quelquefois des centaines– de migrants tentant de traverser la Méditerranée à bord de bateaux bondés qui prennent l’eau. Selon les statistiques du ministère italien de la Défense, la marine de guerre italienne a secouru en mer 47.335 hommes et femmes au cours de l’année 2015. Le 6 mai 2016, des marins militaires ont sauvé près de 1.800 migrants en l’espace de vingt-quatre heures. Un jour d’août 2015, ils en ont secouru 3.000, après quoi ils se sont assurés de tweeter à propos de l’opération.

Au rang des nations européennes, l’Italie s’est faite le fer de lance du sauvetage des migrants qui entreprennent depuis l’Afrique du Nord une dangereuse traversée, qui a coûté la vie à pas moins de 700 personnes au cours de la dernière semaine de mai. Et alors même que se déroulent ces tragiques périples, la marine militaire italienne capitalise sur ses opérations de sauvetage pour redorer son blason et gagner en popularité: elles ont fait des marins des héros et permis aux services navals de s’assurer un financement au long cours.

Plusieurs milliards à la clé

En 2015 le gouvernement italien a décidé de débloquer 5,4 milliards d’euros pour la construction de nouveaux navires. Cette enveloppe a été approuvée avec très peu d’opposition (le seul vote défavorable venant du Mouvement 5 étoiles, un parti de protestation anti-establishment) «grâce à un lobyying rondement mené par le directeur de la marine militaire italienne, qui a également réussi à sensibiliser les responsables politiques à la nécessité de sauver les milliers de migrants d’Afrique du Nord qui essaient de traverser la Méditerranée», rapporte le site Defense News.

L’aviation militaire italienne, au contraire, a rencontré énormément d’opposition parlementaire à son projet d’acquisition de chasseurs-bombardiers F-35 supplémentaires. (En 2012, le gouvernement a revu à la baisse le nombre d’avions neufs à acheter.) «L’attitude générale consistait à demander: “À quoi serviraient ces appareils? Est-ce qu’on prévoit des bombardements quelque part?”» explique Fabrizio Coticchia, maître assistant de sciences politiques à l’université de Gênes et coauteur du blog Venus in Arms, consacré à la défense italienne. «En général, l’opinion italienne est opposée à l’achat de matériel militaire considéré comme destiné à l’agression, mais les Italiens sont attachés aux opérations humanitaires», analyse ce professeur.

Les opérations de sauvetage ont fait des marins des héros et permis aux services navals de s’assurer un financement au long cours

En diffusant régulièrement des photos sur les réseaux sociaux et en mettant à la disposition des médias des vidéos, la marine militaire italienne s’est employée à attirer les projecteurs sur la bravoure de ses marins en haute mer. Elle dispose également de sa propre chaîne YouTube, où elle a partagé au mois de mai une dramatique vidéo d’un bateau de migrants en train de chavirer. (La marine a pu sauver la quasi-totalité des plus de 500 personnes qui, entassées à bord, sont tombées à l’eau.)

La force navale a également mis un point d’honneur à utiliser les médias pour mettre en lumière son nouveau rôle. Par exemple, dans une interview accordée au journal La Repubblica en mai, l’amiral Enrico Credendino, commandant de l’Opération Sophia de l’UE (notamment destinée à lutter contre les passeurs et les trafiquants d’êtres humains) a souligné l’importance de sauver des vies. «En mer, il n’y a qu’une loi. Si vous êtes en danger, on vous porte secours», a-t-il affirmé.

Et les sondages montrent que ces efforts s’avèrent payants: le public est à présent très majoritairement favorable à cette institution. Selon les résultats d’un sondage récent réalisé par l’institut Eurispes, un nombre plus important que jamais d’Italien –75,4%– disent respecter la Marina militare, dont le compte Twitter, @ItalianNavy, totalise 33.000 abonnés.

La popularité de la marine de guerre italienne s’explique peut-être en partie par ce que symbolise la crise des migrants pour les Italiens. Ces passagers qui tentent à tout prix de rejoindre l’Europe ne sont pas seulement des personnes que l’on doit sauver des dangers associés à la mer; ils rappellent les menaces de plus en plus nombreuses qui planent en Méditerranée, notamment les djihadistes et les trafiquants d’êtres humains, d’armes et de drogue.

«[Dans le] sud de l’Europe, la principale menace provient de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, explique Stefano Stefanini, ex-ambassadeur italien auprès de l’Otan. Pour nous en protéger, nous devons contrôler la Méditerranée, et cela implique une marine forte.»

Besoin de se rénover

Avec ou sans la récente vague de migrants, la marine militaire italienne avait besoin de remplacer une partie de sa flotte vieillissante. Nombre de ses bâtiments affichent pratiquement vingt ans de service; certains sont opérationnels depuis les années 1970. Mais les nouveaux fonds qui lui sont à présent dévolus lui permettront de se renouveler plus vite et plus efficacement. Par ailleurs, les efforts de lobbying pour obtenir la nouvelle enveloppe budgétaire ont plutôt bénéficié du contexte économique italien difficile: alors que le chômage national s’élevait à 12,7% à l’été 2015, les élus se sont montrés favorables à la stimulation d’une activité à forte main-d’œuvre comme celle des chantiers navals. C’est ce qu’a précisé Giampaolo Di Paola, le ministre italien de la Défense –qui a également été chef d’état-major des armées et président du Comité des plans de défense de l’Otan– juste avant l’adoption du programme d’investissement naval. Le secteur italien de la construction navale est le second d’Europe après l’Allemagne, mais il a connu un fort ralentissement depuis la crise financière de 2008.

[Dans le] sud de l’Europe, la principale menace provient de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Pour nous en protéger, nous devons contrôler la Méditerranée, et cela implique une marine forte

Stefano Stefanini, ex-ambassadeur italien auprès de l’Otan

Avec le soutien du public ainsi que celui, solide, de la classe politique, la situation de la Marina militare a pris une tournure quelque peu inattendue. Toutes les forces navales du monde souffrent de ce phénomène bien connu: loin des yeux, loin du cœur. Autrement dit, les citoyens lambda ne les voient pas, donc ils n’y pensent pas et n’y sont pas vraiment attachés. Ou, comme les marins aiment à le dire parfois, ceux qui habitent sur la terre ferme souffrent de la «cécité des mers». Ce qui n’est pas le cas de l’armée de terre, dont les soldats et les équipements sont visibles au sein de la population civile. Quant à l’armée de l’air, elle s’adonne à des interactions régulières avec le public à la faveur de spectacles et autres défilés aériens.

Avant que la crise n’éclate il y a deux ans, la marine de guerre italienne passait le plus clair de son temps dans des destinations lointaines, dont Haïti et le golfe d’Aden, les missions de sauvetage revenant aux garde-côtes (qui font d’ailleurs partie de la marine militaire italienne). Dans des circonstances ordinaires, ce sont eux qui mènent les opérations de recherche et de sauvetage: en général, les bateaux qui connaissent des difficultés se trouvent non loin du rivage.

Mais la crise économique, conjuguée à la configuration du Moyen-Orient de l’après-printemps arabe, a radicalement changé le contexte sécuritaire en Italie. Le pays ne mène plus seulement des opérations de recherche et de sauvetage, l’Italie va en effet prendre la tête d’une mission de l’Otan, qui doit être votée au sommet de Varsovie en juillet. Elle vise à empêcher les migrants de se servir de la Libye comme d’une rampe de lancement pour accéder à l’Europe.

«Tout à coup, les gens arrivent à traverser la Méditerranée dans de petites embarcations qui prennent l’eau, et non plus seulement dans de grands bateaux, déclare Stefano Stefanini. La Méditerrané, ce sont en quelque sorte les douves de l’Europe. Or, dans cette nouvelle situation, il ne suffit plus de patrouiller près des côtes. Il faut aussi surveiller les eaux internationales. D’où l’intervention de la marine.»

De nouveau le vent en poupe

La Marina militare constituait une force importante à l’époque de la Guerre froide, alors considérée comme une composante stratégique du front de l’Otan contre le Pacte de Varsovie. Chargée de défendre la frontière sud-est de l’alliance contre une invasion soviétique, la marine de guerre italienne exploitait des navires d’assaut et des destroyers mais aussi de petits porte-avions et des sous-marins.

Mais, à l’issue de la Guerre froide, son sort a basculé. Comme la majeure partie des forces armées d’Europe, la marine italienne a subi des coupes budgétaires. De 2,3% du PIB en 1990, son enveloppe budgétaire est passée à 2% en 2000 avant de tomber à 1,3% en 2015, selon les chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Si l’armée de l’air, mais aussi surtout l’armée de terre, doivent continuer de réaliser des économies, la marine militaire, elle, a bénéficié en 2015 d’une largesse sans précédent du gouvernement italien: un soutien de 5,4 milliards d’euros! Et c’est en partie parce que les questions de sécurité dans les pays du pourtour méditerranéen ont quitté les terres pour migrer en mer.

Les questions de sécurité dans les pays du pourtour méditerranéen ont quitté les terres pour migrer en mer

«Dans les années 1990, on se concentrait sur la défense terrestre. Mais, aujourd’hui, c’est la sécurité maritime qui prime», fait remarquer le vice-amiral Ferdinando Sanfelice di Monteforte, ancien commandant des forces navales de l’Otan dans le sud de l’Europe et représentant militaire de l’Italie auprès de l’Otan.

Dans la mer Méditerranée, la flotte militaire italienne compte dix bâtiments, dont deux sont des frégates dédiées aux opérations de recherche et de sauvetage ainsi que de lutte contre les trafics. Les vaisseaux italiens patrouillent également dans les eaux libyennes. C’est le cas de quatre sous-marins qui, selon les médias italiens, interceptent les communications entre djihadistes.

Les nouvelles commandes de la Marina militare incluent sept patrouilleurs multifonction –qui évoluent au large des côtes et sont particulièrement adaptés aux missions de recherche et de secours–, un navire de soutien logistique et deux navires multirôle à grande vitesse destinés aux opérations spéciales. La plupart de ces bateaux seront réalisés par le constructeur naval de l’État italien Fincantieri. Mais ces nouvelles acquisitions ne cantonneront pas les marins à des missions non belliqueuses telles que la recherche et le sauvetage de migrants, précise le ministre italien de la Défense. «[Notre] marine a besoin d’une flotte moderne et diversifiée; le projet de construction remplit précisément ces critères.»

Ces navires flambant neufs seront livrés entre 2021 et 2026. D’ici là, la crise des migrants aura peut-être déjà pris fin, toujours est-il que la marine militaire italienne se sera considérablement renforcée. Elle a le vent en poupe et s’apprête à battre son plein.

Elisabeth Braw Journaliste

Newsletters

Al-Qaida diffuse le bêtisier d'une vidéo de Daech

Al-Qaida diffuse le bêtisier d'une vidéo de Daech

Les djihadistes d'Al-Qaida ont tenté de ridiculiser les membres du groupe État islamique au Yémen en publiant les images d'un combattant interrompu par un oiseau.

Kamala Harris, seule candidate démocrate à pouvoir battre Trump?

Kamala Harris, seule candidate démocrate à pouvoir battre Trump?

La sénatrice de Californie, encore une outsider il y a quelques semaines, joue des coudes avec le favori de la primaire démocrate, l'ancien vice-président Joe Biden.

En Angleterre, une pub avec deux pères incompétents interdite pour sexisme

En Angleterre, une pub avec deux pères incompétents interdite pour sexisme

La représentation de deux jeunes pères ayant du mal à gérer leurs enfants a été jugée sexiste par l'autorité des standards de publicité.

Newsletters