Santé

L’obsession de l’hygiène des enfants est dangereuse pour leur santé

Temps de lecture : 2 min

Purest kisses / fazen via FlickrCC License by
Purest kisses / fazen via FlickrCC License by

Nous vivons une période difficile pour les parents de jeunes enfants. Il ne se passe pas une semaine sans qu’ils soient alertés et inquiétés par une liste apparemment sans fin de maladies chroniques que peuvent attraper leurs tout petits, des maladies auto immunes comme l’eczéma et l’asthme en passant par les intolérances lactiques, les allergies aux noix, au gluten sans oublier les troubles comportementaux…

Il existe pourtant une méthode efficace pour lutter contre ces maladies mais pas orthodoxe explique The Telegraph: laisser les enfants traîner dans les saletés. Et ce n’est pas une plaisanterie. Dans son livre récent publié en anglais et intitulé «Healthy Food, Healthy Gut, Happy Child» (Nourriture saine, Système digestif en bonne santé, Enfants heureux), le docteur Maya Shetreat-Klein, pédiatre et neurologue, se fait l’avocat d’un mode de vie qui consiste notamment pour les enfants à être en contact avec les microbes qui se trouvent dans le sol.

«Les parents aujourd’hui tiennent leurs enfants à l’écart de choses qui sont critiques pour leur santé», affirme le Docteur Shetreat-Klein. Elle souligne que des recherches récentes publiées par le journal Occupational Environmental Medicine montrent par exemple que des enfants exposés à l’eau de Javel ont plus d'infections que ceux qui n’y sont pas exposés et notamment 20% de risques supplémentaires d’attraper la grippe. «Des microbes, une nourriture fraiche provenant de sols sains, du temps passé dans la nature peuvent améliorer considérablement la santé des enfants. Aucun médicament ne peut faire ce que fait la forêt».

Au cours des dernières années, il est devenu clair pour les scientifiques que le microbiote, les millions de microbes que nous avons dans notre système digestif, jouent un rôle essentiel dans notre santé et notre immunité, et le plus diverse il est, meilleure est notre résistance. La thèse du livre du Docteur Shetreat-Klein est que notre addiction à l’hygiène prive notre système digestif et plus encore celui de nos enfants de la biodiversité que l’on trouve dans le contact avec la nature et cela nous rend plus vulnérable.

«Dans une cuillère de terre, il y a autant de microbes que d’hommes sur la planète. C’est une expérience incroyable de biodiversité pour nos cerveaux, nos systèmes immunitaires et nos intestins», affirme le Docteur Shetreat-Klein.«Encouragez-les [les enfants] à jouer par terre… Passer des heures et des jours dans les forêts, les parcs, les montagnes…».

Maya Shetreat-Klein ne demande pas un changement majeur de mode de vie et n’est pas du tout l’avocat d’une alimentation végétarienne ou végétalienne. Mais elle estime qu’une alimentation naturelle variée et des contacts fréquents avec la nature sont le meilleur moyen pour donner à nos enfants la chance d’être en bonne santé.

Newsletters

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

La phobie des trous enfin expliquée

La phobie des trous enfin expliquée

La trypophobie serait due à une réaction de dégoût instinctive liée à des maladies.

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique

L'hyperémèse gravidique, cette maladie qui provoque des vomissements incoercibles pendant la grossesse, peut se soigner. Mais pour ça, il faudrait écouter les femmes qui en souffrent.

Newsletters