Économie

Le dollar est un poison utile

Temps de lecture : 2 min

D'après Martin Wolf, les prédictions catastrophistes sur le dollar sont exagérées, même si le système monétaire fondé sur le billet vert est à revoir.

Les récentes variations du dollar,qui a pris de la valeur avec la crise et a ensuite rebaissé avec le retour de la confiance, seraient un signe de réussite des politiques de relance: la panique n'est donc pas de mise. En outre, la forte augmentation du prix de l'or doit être interprétée avec précaution: elle n'est pas un indicateur fiable pour les risques d'inflation (comme le montre le pic de 1980, suivi d'une jugulation de l'inflation), mais traduit avant tout le phénomène de peur. Le risque actuel serait plutôt celui d'une déflation que d'une inflation, au vu des capacités excédentaires des Etats-Unis.

Le rédacteur associé du Financial Time explique que la correction du dollar est utile, car elle diminue justement ce risque de déflation. Enfin, le dollar, s'il a ses défauts, manque d'alternatives vraiment attrayantes. L'euro, pour l'instant largement moins représenté dans les réserves mondiales, est assis sur une zone monétaire qui présente aussi de forts déficits budgétaires et des dettes.

Le défaut majeur du système monétaire mondial est en fait qu'il repose sur la monnaie d'un seul pays: la croissance de la demande mondiale en liquidités pour cette monnaie entraîne forcément un déficit des dépenses courantes dans le pays, comme c'est aujourd'hui le cas pour les Etats-Unis. Puis le risque de difficultés monétaires finit pas saper la confiance dans la monnaie principale: c'est le  «dilemme de Triffin».

La constitution de réserves importantes par les pays émergents dans la décennie 2000, à la recherche de stabilité, est venue confirmer ce phénomène. Ils s'inquiètent maintenant de l'instabilité qui pèse sur ces réserves, mais n'ont d'autres moyens que de continuer à soutenir la monnaie, entretenant par la même le mouvement... Le seul moyen de contrer ce cercle vicieux serait une banque centrale (la Fed) relativement indépendante et une solvabilité fédérale, éléments qui paraissent accessibles pour les Etats-Unis, mais compliquent la tâche du gouvernement américain dans la gestion de son budget. Bref, même pour eux, le rôle mondial du dollar n'est pas vraiment un cadeau. Il faut donc bien une solution de remplacement.

[Lire l'article complet sur le Monde.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

A LIRE AUSSI SUR SLATE: "Le dollar va-t-il se crasher?", "Mauvaise nouvelle: l'euro flambe face au dollar"

Image de une: dollars par Photo8.com via Flickr

Newsletters

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio