Science & santé

Que font les animaux quand il pleut?

Peggy Sastre, mis à jour le 03.06.2016 à 14 h 44

Si c'est la question que vous vous êtes posée, un œil sur Vigicrues, l'autre sur les cours du parpaing et des sacs de sable, voici quelques éléments de réponse.

Sous la pluie | Micolo J via Flickr CC License by

Sous la pluie | Micolo J via Flickr CC License by

1.Les chèvres paniquent

Les chèvres font partie des animaux domestiques les plus sensibles à la pluie. Dès les premières gouttes, elles paniquent et cherchent à s'abriter le plus vite possible. La boue et les flaques d'eau leur sont aussi particulièrement désagréables et stressantes. La raison serait à chercher du côté d'une couche de graisse sous-cutanée trop mince –par rapport, par exemple, aux moutons– rendant la régulation de la température corporelle plus difficile en cas d'humidité trop importante, surtout si elle est couplée à une baisse rapide du mercure.


 

2.Les abeilles s'activent

À la fin du XIXe siècle, des naturalistes avaient remarqué combien les abeilles semblaient décupler d'énergie avant l'arrivée de la pluie. Une observation confirmée en décembre dernier par quatre chercheurs de l'Académie des Sciences de Chine grâce à des puces RFID collées sur 300 insectes. Avant les jours de pluie, les abeilles butinent davantage et rentrent plus tard à la ruche qu'avant une journée ensoleillée. Une manière pour les hyménoptères de faire des réserves et d'assurer leur survie en cas de mauvaise météo. Leur secret pour la prévoir? Les scientifiques n'ont pas encore de réponse définitive, mais pointent vers un «mécanisme interne» sensible aux variations du CO2, de l'humidité, de la température et de la pression atmosphérique.


 

3.La chouette se tait

Quand il pleut, la chouette hulotte (Strix aluco) a tendance à faire vœu de silence, car le bruit des gouttes tombant sur le sol ou la végétation perturbe en effet considérablement sa communication acoustique, élémentaire pour sa survie. Si le rapace a non seulement besoin de ses oreilles pour détecter ses proies, c'est aussi par ses hululements qu'il s'assure le contrôle de territoires de chasse pouvant s'étendre jusqu'à 22 hectares. Des messages qui passent près de 70 fois mieux par temps sec. D'où le fait que plus un épisode pluvieux dure, plus la chouette risque la famine.


 

4.Les chevaux stressent

Même s'il y a des différences entre les races, les chevaux détestent globalement la combinaison froid (< 10°C) + pluie + vent. Quand le climat est aussi pourri, ils attendent que ça passe en restant debout, dos au vent et la queue collée entre les jambes. Le fait qu'ils arrêtent de brouter et évitent de se coucher serait un signe de stress.


 

5.Les vaches à lait s'affament

Pourquoi les éleveurs devraient rentrer leurs vaches laitières quand ça drache? Parce que ces animaux ont tendance à diminuer leur prise calorique sous l'effet de l'humidité ambiante – jusqu'à 62% en moins quand il pleut et qu'il vente. Pour essayer de réguler leur température interne au mieux –la pluie diminue en moyenne de 26% leur température cutanée–, elles restent aussi plus longtemps debout


 

6.Le moineau poireaute

La tête rentrée, le bec en l'air, le corps droit et les ailes plaquées, c'est la posture typique du piaf sous la pluie. De cette manière, les petits oiseaux conservent un maximum de chaleur corporelle et évacuent un maximum d'humidité. Et s'ils peuvent se serrer les uns aux autres, comme le font beaucoup de petits limicoles, c'est encore mieux.  

Peggy Sastre
Peggy Sastre (31 articles)
Auteur et traductrice
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte