France

Le premier article de quenelles studies vient de paraître

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 02.06.2016 à 20 h 21

Repéré sur Cairn

Signé d'une chercheuse de l'université de Bologne, l'article revient sur la «nébuleuse sémantique» qu'est devenu ce «geste-discours» du polémiste.

Une «quenelle» en janvier 2014, après l'annulation du spectacle de Dieudonné au zenith de Saint-Herblain.

Une «quenelle» en janvier 2014, après l'annulation du spectacle de Dieudonné au zenith de Saint-Herblain.

Il fallait bien que ça arrive un jour. Les universitaires se penchent sur «la quenelle», pas la spécialité culinaire lyonnaise, mais l’acte/geste inventé par Dieudonné au début des années 2000, et dont la popularité a culminé en 2013 à la faveur de plusieurs affaires dites de la quenelle.

Dans le numéro de mars 2016 de la revue de sciences politiques et de linguistique Mots, Les langages du politique, consacré au «geste, emblème politique», Sara Amadori, chercheuse au département d’interprétation et de traduction de l’université de Bologne, consacre un article à la fameuse «quenelle» «en tant que geste-discours», car la quenelle a une «double nature, de mot et de geste».

Plus précisément, l’article –intitulé: «La “quenelle”. Valeurs symboliques et rhétoriques d’une insulte gestuelle»– s’attache à «examiner la mise en circulation de cette formule polémique» dans les médias français et sur internet. Slate a participé à la popularisation –et à la dénonciation– du geste à l’occasion du «Bal des quenelles» et d’une «quenelle» particulièrement controversée: celle de deux militaires français devant une synagogue à Paris. C’est à cette époque que «l’affaire de la quenelle» a battu son plein.

Il s’agit pour la chercheuse de revenir sur ces conflits arbitrés par les médias, mais aussi les reponsables politiques, autour de la signification ou plutôt des significations possibles attribuées à cette quenelle, qui donne lieu à «une véritable nébuleuse sémantique». L'étude s'appuie sur un corpus d'articles de presse mais aussi sur des sources dieudonnistes, notamment les vidéos de la chaîne de l'humoriste devenu polémiste postées sur sa chaîne Youtube. Verdict interprétatif? Dans ces vidéos, «les stéréotypes judéophobes et les théories du complot constituent les fondements du contre-discours polémique de l’humoriste».

«Dans ce cadre, nous montrerons que la quenelle acquiert la valeur symbolique d’une insulte gestuelle “post-antisémite” (Taguieff, 2008, p. 62). Elle se révèle être un acte de condamnation idéologique, exprimant une volonté à la fois de dérision et de domination d’une altérité culturelle perçue comme menaçante.»

Les cadres dans lesquels ces quenelles sont «glissées», les discours politiques qui les accompagnent, le fait que ces gestes soient répétés et finissent par constituer une communauté de pratiquants, sont autant d'éléments qui permettent de contextualiser le geste-discours quenellier et témoignent de sa richesse interprétative.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte