France

Les Anglais sont inquiets pour la France: «Et maintenant quoi? Une pluie de grenouilles?»

Temps de lecture : 2 min

Le journal britannique The Independent se pose beaucoup de questions sur les inondations à l'approche de l'Euro 2016.

La Seine déborde à certains endroits dans Paris, le 1er juin 2016. BERTRAND GUAY / AFP
La Seine déborde à certains endroits dans Paris, le 1er juin 2016. BERTRAND GUAY / AFP

La France est toujours sous l’eau. Ce jeudi 2 juin, face aux inondations qui continuent, huit départements sont en alerte orange et deux autres restent en rouge (Le Loiret et la Seine-et-Marne), comme le notait Le Parisien ce matin. Un peu partout dans le pays, des populations sont évacuées de leur domicile et doivent passer la nuit dans des abris comme à Nemours en Seine-et-Marne où 200 personnes ont été relogées temporairement dans un gymnase.

La situation est telle que la presse britannique s’est emparée de la situation et une partie d’entre elle a décidé d’ironiser sur le sujet. The Independent, tout en rappelant que les risques de crue record son rares, a décidé dans un article de privilégier les éléments les plus impressionnants des inondations.

«Qu’est-ce que la France a fait à Dieu?»

Concernant Paris, le journal fait le parallèle avec les inondations de 1910, comme une grande partie de la presse française, et note, entre autres, que «la Seine a atteint le haut des arches des ponts», que «certains quais sont fermés», qu’«une partie de la voie George Pompidou, la voie rapide située sur la rive droite de la Seine, a été fermée», et que la police et la mairie ont lancé une «cellule de crise».

L’article est bien évidemment alimenté de photo montrant les lieux touristiques de la capitale mis en perspective avec des endroits inondés. On a ainsi l’impression que Notre-Dame ou la grande roue de la Concorde ont les pieds dans l’eau. Ailleurs dans le pays, The Independent a noté que de tronçons de l’A10 et des écoles ont été fermés dans le sud de la capitale, et que «400 prisonniers ont dû être évacués du centre de détention préventive de Saran».

Le journal n’oublie pas de rappeler que la France a fait face à des attentats, qu’elle sort d’une pénurie de carburant et qu’elle fait toujours face à de multiples grèves qui, si elles n’ont rien à voir avec les intempéries, alimentent l’image d’un pays bloqué. Le journaliste va également faire écho à l’Euro 2016, qui doit débuter le 10 juin, et s’inquiéter de notre situation. «Qu’est-ce que la France a fait à Dieu?», s’interroge-t-il avant de lancer: «Et maintenant quoi? Une pluie de grenouilles?» Fort heureusement pour nos amis britannique, «le service de l’Eurostar n’a pas été affecté».

Newsletters

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

De droite et utiles en temps de grève

De droite et utiles en temps de grève

Newsletters