Monde

Trump et ses sociétés ont été impliqués dans 3.500 procès

Temps de lecture : 2 min

Entre autres, le milliardaire a fait un procès à la ville de Palm Beach pour défendre son droit à avoir un drapeau américain hors-normes dans sa propriété.

Elijah Nouvelage / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.
Elijah Nouvelage / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Dans le cadre du procès lancé par plusieurs étudiants contre la Trump University, une juge fédérale américaine a rendu publics des témoignages d'anciens employés qui expliquent que l'établissement était «une combine frauduleuse», avec des administrateurs qui poussaient les étudiants à s'endetter et des enseignants peu qualifiés.

Cette action judiciaire a été très médiatisée, et Hillary Clinton l'a évoquée dans ses discours, mais selon un décompte opéré par le journal USA Today, ce procès n'est qu'une des 3.500 actions judiciaires dans lesquelles l'empire Trump a été impliqué, dont 1.450 qui sont des procès contre lui. Cela va d'une dispute avec des voisins qui ont abîmé des plantes sur un de ses terrains de golf à des actions juridiques de plusieurs Etats américains qui ont tenté de récupérer des impôts non payés par les entreprises en question.

En seulement une année depuis le début de la campagne du milliardaire new-yorkais, Trump et ses sociétés ont été mêlées à soixante-dix procès, dont environ une moitié lancée contre Trump et ses entreprises et l'autre moitié où Trump est le plaignant. Selon USA Today, ce volume de procès est inhabituellement élevé, même pour des sociétés similaires à celle du milliardaire.

Cette situation est sans précédent pour un candidat à la présidentielle, paticulièrement dans la mesure où plusieurs procès sont encore en cours. Si Trump était élu, le président des Etats-Unis serait par exemple en procès contre le procureur de l'Etat de New York dans l'affaire de la Trump University. (Accusé de fraude, Trump a contré le procureur en lui faisant un procès pour poursuites judiciaires excessives.) Aux Etats-Unis, il n'y a pas d'immunité présidentielle dans ce genre de cas.

Outre le procès contre la Trump University, d'autres actions juridiques révèlent les pratiques douteuses de ses sociétés. Par exemple, Trump avait donné son nom à un complexe d'appartements en Floride, et plusieurs investisseurs avaient versé des accomptes pour les acheter. Ces appartements n'ont au final jamais été bâtis, mais comme les investisseurs n'ont pas été remboursés, ils ont fait un procès. Les avocats de Trump ont rétorqué que celui-ci n'était pas responsable car il ne faisait que donner son nom au projet.

D'autres procès révèlent le caractère mégalomaniaque du personnage, comme l'archarnement de Trump pour obtenir le droit d'avoir un drapeau américain énorme sur sa propriété de Mar-a-Lago, en Floride. Le milliardaire a fait un procès à la ville de Palm Beach, qui limite la hauteur des mâts de drapeau à 13 mètres. Trump en avait un de 24 mètres.

Ce passage en revue montre aussi que le candidat républicain supporte mal les critiques: il a par exemple fait un procès pour diffamation à une candidate au concours de Miss Pennsylvanie qui avait écrit sur Facebook que le processus était «truqué». Les journalistes de USA Today ont constaté que malgré cet incident, le père de cette ancienne candidate songeait à voter Trump en novembre.

Newsletters

Aux États-Unis, un évêque nommé pour enquêter sur des abus sexuels est accusé d'abus sexuels

Aux États-Unis, un évêque nommé pour enquêter sur des abus sexuels est accusé d'abus sexuels

Nicholas DiMarzio avait récemment été désigné par le pape pour investiguer des agressions sexuelles dans le diocèse de Buffalo.

En France, le lucratif trafic des chiots d'Europe de l'Est

En France, le lucratif trafic des chiots d'Europe de l'Est

Chaque année, des milliers de chiots élevés en Pologne ou en Hongrie sont vendus illégalement à l'Ouest. Un commerce qui rapporte gros, au détriment des animaux et de leurs maîtres.

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Netflix, Disney+... le renouveau du soft power américain?

Après Netflix, Hulu et Amazon Prime Video... Ce 12 novembre, aux États-Unis, Disney a lancé Disney+, sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande –composée des classiques de Disney, de séries TV mais aussi des franchises...

Newsletters