Santé / Égalités

Les hommes sous-estiment le désir sexuel des femmes

Temps de lecture : 2 min

Les femmes ont une vision assez juste du désir de leur partenaire masculin.

/

Si vous êtes un homme pensant que les femmes n’ont pas souvent envie de sexe et qu’elles en ont la plupart du temps bien moins envie que vous, les hommes, eh bien vous vous trompez. Et êtes sans doute un peu aveugle. Oui, les femmes ont très envie de sexe, montre une étude repérée par le Wall Street Journal; en tout cas, beaucoup plus souvent que ce que les hommes s’imaginent.

Les chercheurs de l’université de Toronto et de Western Ontario ont publié début mai une série de trois études dans la revue scientifique Journal of Personality and Social Psychology, dans laquelle ils analysent 229 couples hétérosexuels âgés de 18 à 68 ans:

  • Un groupe de 44 couples devait remplir tous les soirs un journal de bord en indiquant leur niveau de désir sexuel et le niveau de désir sexuel perçu de leur partenaire.
  • Un groupe de 84 couples était invité à s’exprimer lors d’entretiens sur leur niveau général de désir sexuel, leur perception du désir sexuel de leur partenaire et leur niveau de satisfaction et de bonheur dans la relation.
  • Enfin un troisième groupe de 101 couples devait lui aussi tenir un journal de bord sur les trois points abordés dans les entretiens.

Signaux peu clairs

Les trois études ont toutes abouti à la même conclusion: les hommes sous-estiment le désir de leur partenaire féminine, alors que les femmes avaient une vision assez juste de leur amoureux.

Il y a de multiples raisons à cela, suggèrent les chercheurs. Un certain nombre de femmes se sentent mal à l’aise à l’idée de prendre l’initiative au lit. Et beaucoup envoient des signes qui ne sont pas perçus par leur partenaire, ou ne sont pas assez clairs.

Mesdames, de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, comme dirait Danton.

Slate.fr

Newsletters

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Commotions cérébrales: l'ovalie jusqu'à la folie

Une étude médicale sans précédent démontre que les commotions cérébrales augmentent le risque futur d’affections neuro-dégénératives et de maladie d’Alzheimer. Dans le même temps, le jeu de rugby devient de plus en plus violent.

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

Que faire pour les 20% de la population souffrant d'au moins une maladie mentale?

La stigmatisation des malades mentaux continue à contrarier la prise en charge de beaucoup d'individus.

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

Vous avez mal, mais aucune raison d'avoir mal. On vous explique

À l'origine de ces souffrances qui empoisonnent la vie sans qu'on sache vraiment d'où elles viennent.

Newsletters