FranceEconomie

Quand l’attractivité de la France décroche, c’est l’emploi qui trinque

Gilles Bridier, mis à jour le 02.06.2016 à 14 h 32

Même si la courbe du chômage s’inverse, le recul de l’attractivité de la France pénalise la création d’emplois.

Manifestation contre la loi Travail le 1er mai 2016 à Toulouse | REMY GABALDA/AFP

Manifestation contre la loi Travail le 1er mai 2016 à Toulouse | REMY GABALDA/AFP

Dommage. C’est lorsque l’Insee fait état de statistiques plutôt encourageantes pour l’économie française que les mouvements sociaux risquent de porter un coup d’arrêt au mouvement ainsi amorcé. Pas de surprise, toutefois: selon les comptes de la nation pour 2015, la croissance du PIB est confirmée à 1,3% seulement (deux fois plus qu’en 2014 néanmoins). Mais le pouvoir d’achat des ménages a augmenté en 2015 alors qu’il reculait depuis plusieurs années, confirmant s’il en était besoin que, lorsque les entreprises produisent plus, les ménages en touchent les dividendes.

Plus intéressantes, les statistiques révèlent que cette progression s’est consolidée au premier trimestre 2016 grâce à une augmentation de la production, à une hausse de la consommation et à une reprise de l’investissement. Là encore, pas de renversement spectaculaire (d’autant que la production manufacturière a marqué le pas) mais une inversion de tendance qui se répercute sur le chômage.

Car, si l’on se réfère à l’enquête de l’Insee au premier trimestre 2016, le taux d’emploi a augmenté en début d’année (avec une hausse des emplois en CDI), de sorte que le taux de chômage au sens du BIT (Bureau international du travail) est contenu à 9,9% en France métropolitaine et 10,2% au niveau national. Une amélioration qui va de pair avec la baisse du nombre des défaillances d’entreprises de 4,2% sur un an selon la Coface, spécialiste de l’assurance-crédit, tendance qui devrait se poursuivre en 2016.

Marasme

Mais le redressement qui semble s’opérer ne doit pas remettre en question les réformes de structures dont l’économie française a besoin; bien au contraire. Ni servir de prétexte au maintien d’une situation qui a empêché l’activité de redémarrer au même rythme que dans les pays voisins. Car les améliorations en question sont finalement bien modestes si l’on considère les avantages procurés par l’effondrement du prix des hydrocarbures et la faiblesse des taux d’intérêt. Et on peut se poser des questions sur la capacité de l’économie à absorber les retours de balancier qui, pour ces deux paramètres, interviendront.

En réalité, la tendance de fond de l’économie française depuis une quarantaine d’années reste au décrochage par rapport à la moyenne des économies de l’OCDE, comme l’a démontré une analyse du Trésor au ministère de l’Économie. Ce qui se traduit au niveau européen par des prévisions de croissance qui, selon la Commission européenne, demeurent inférieures pour la France en 2016 (1,3%) à l’ensemble de la Zone euro (1,6%).

Le redressement qui semble s’opérer ne doit pas remettre en question les réformes de structures dont l’économie française a besoin; bien au contraire

Là encore, la situation de l’emploi reflète ce décrochage, avec un chômage qui place la France dans le tiers des pays qui affichent les plus mauvais taux de l’Union européenne en ce début d’année. Selon Eurostat, le chômage français se situait en mars juste un peu en dessous du taux de la Zone euro mais bien au-dessus du taux de l’Union européenne (8,8%), et bien loin derrière l’Allemagne (4,2%), le Royaume Uni (5%), la Pologne (6,8%) et la Suède (7,1%)… pour ne parler que de certaines économies comparables.

Sans réformes pour corriger les causes de ce décrochage, il n’y a aucune raison pour que l’économie française renoue dans la durée avec un dynamisme qui la sorte du marasme, car c’est la seule façon de lutter contre le chômage de masse qui, d’une crise à l’autre, s’est maintenant incrusté.

Manque d’attractivité

L’attractivité est un élément de ce dynamisme. C’est aussi un des domaines dans lequel l’image de la France pâlit. Même si les investissements directs étrangers ont bondi en 2015 pour quasiment quadrupler à 40 milliards d’euros, cette hausse est «liée à la réalisation de plusieurs opérations importantes» qui faussent le jugement, commente le Trésor. Et on peut s’inquiéter de la tendance observée à délocaliser les sièges sociaux et centres de décisions hors des frontières dès l’instant où une entreprise française (Lafarge, Technip, Alstom Energie…) est emportée dans une opération de rachat ou de fusion.

Le Conseil d’analyse économique proche de Matignon remarque ainsi que lorsqu’on prend en compte en Europe le nombre des centres de décision, la France est passée de la première à la quatrième place en une trentaine d’années, et même à la sixième place si l’on tient compte de la taille de ces centres (la France attirant des centres de plus petite taille).

De la même façon, le cabinet d’études stratégiques EY France note que, si le nombre d’emplois liés à l’implantation d’entreprises étrangères a augmenté de 8% en 2015 en France, cette performance reste malgré tout modeste face à une augmentation de 17% sur l’ensemble de l’Europe. Et face à la capacité d’attraction de l’Allemagne et du Royaume-Uni, la France a plutôt tendance à stagner. Ce qui se paie en différentiel d’emplois nouveaux.

Certes, si, comme le font les pouvoirs publics avec Business France, on élargit l’analyse aux emplois sécurisés par ces investissements étrangers et pas seulement créés, le nombre de postes pris en considération est triplé. Avec, pour les quelque 34.000 emplois ainsi créés ou sécurisés, 60% pour le secteur manufacturier grâce surtout à des investissements américains et allemands. Il n’en reste pas moins que, en élargissant ainsi le périmètre de l’analyse pour l’ensemble des autres pays, le manque d’attractivité de la France reste posé.

Handicaps surmontables

Les freins à l’attractivité sont connus. On ne reviendra pas sur le poids de la fiscalité française et des cotisations sociales, bien que le gouvernement se soit attaqué à la question avec le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), destiné à être transformé en une baisse pérenne des charges sociales, ainsi que François Hollande l’a annoncé.

Reste que, avec un poids de ces charges sociales représentant aujourd’hui environ le tiers des coûts de main-d’œuvre, la France fait partie des pays où, selon Eurostat, ces coûts sont les plus élevés en Europe bien que les salaires y soient plus bas qu’en Allemagne, en Suède ou en Belgique (mais pas au Royaume-Uni).

L’institut COE-Rexecode relève toutefois les effets positifs du CICE puisque, grâce à cette disposition ainsi qu’aux différences de politiques salariales menées en France et en Allemagne, le coût horaire qui était équivalent dans l’industrie manufacturière dans les deux pays en 2012 a été en 2015 inférieur de 3,5% en France pour ce secteur d’activité.

Encore faut-il que le contexte incite les entreprises à innover et investir sur le long terme. Ce qui implique d’assouplir et simplifier le cadre juridique et administratif

Autre problème pour l’attractivité, la baisse de la productivité depuis le milieu des années 1990, comme le souligne France Stratégie. Pourtant, on a longtemps insisté sur la performance française en matière de productivité horaire. Mais ce paramètre a souffert du retard pris par la France à cause du sous-investissement des entreprises dans les outils numériques, et d’une formation insuffisante des salariés aux nouvelles technologies.

C’est ce qui explique que, aujourd’hui, les prévisions de la productivité du travail établies par l’OCDE placent la France en-dessous de la moyenne des pays développés. Un véritable handicap qu’il est urgent, et possible, de surmonter. Encore faut-il que le contexte incite les entreprises à innover et investir sur le long terme. Ce qui implique d’assouplir et simplifier le cadre juridique et administratif, et réclame une certaine confiance dans l’avenir.

Clairement, compte tenu de la situation sociale, l’amélioration du climat des affaires en mai devra être confirmée.

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte