Égalités / Monde

Se déguiser en vagin, une fausse bonne idée?

Temps de lecture : 2 min

Un couple de Brooklyn a lancé un déguisement en forme de vagin pour sensibiliser le public aux problèmes d'accès aux soins menstruels que peuvent rencontrer certaines femmes à travers le monde. L’intention est louable mais le procédé, lui, est discutable.

Les deux fondateurs de la marque Conceived in Brooklyn exhibent leur costume dans les rues de New York | Conceived in Brooklyn via Instagram
Les deux fondateurs de la marque Conceived in Brooklyn exhibent leur costume dans les rues de New York | Conceived in Brooklyn via Instagram

Le déguisement coûte 149 dollars, soit environ 134 euros. Il représente un vagin d’environ 1 mètre de long, dessiné et fabriqué à Brooklyn, aux États-Unis, par un couple d’Américains à l’origine de la marque Conceived in Brooklyn, fondée en 2015. Derrière le déguisement, l’ambition politique du projet et de ses créateurs est de sensibiliser l’opinion publique et lutter contre les discriminations et les difficultés d’accès aux soins menstruels élémentaires pour les femmes issues de milieux défavorisés à travers le monde

Pour donner encore plus de poids et de légitimité à cette initiative, le couple s’est associé avec l’ONG 50 Cents. Period., une association spécialisée dans la défense des droits des femmes, de leur santé et dans des programmes d’éducation sexuelle. Pour chaque costume acheté (149 dollars + 15 dollars de frais de port), 10 dollars seront reversés à l’association. Et voilà à quoi ressemble le déguisement:

#cruisin #conceivedinbrooklyn #costumeforacause #conceptioncostume #madeinbrooklyn #brooklyn #newyorkcity

Une photo publiée par Conception Costumes (@conceivedinbrooklyn) le

Mais, en dépit de toute la bonne volonté que semble avoir le couple dans cette aventure, le costume remplit-il véritablement sa mission? C’est discutable, selon Slate.com, qui s’interroge sur le sens et surtout la forme du message:

«L’issue la plus probable de ce produit de Conceived in Brooklyn sera probablement plus de susciter des rires qu’une déstigmatisation du vagin ou une sensibilisation sur les besoins des jeunes filles en matière de santé menstruelle dans les zones rurales de l’Inde.»

Pour s’en convaincre, Slate.com cite un exemple assez frappant: la photo d’un agent immobilier de New York arborant le costume de Conceived in Brooklyn dans une soirée... accompagnée, en légende, d’une blague que l’on peut aisément qualifier de potache. Ou, en tout cas, de mauvais goût.

«On m’a toujours dit que j’en étais une alors pourquoi ne pas l’être pour de vrai» (en anglais, «pussy» signifie à la fois poltron et chatte, dans le sens sexe féminin)

Le couple, lui, se défend en expliquant sur leur site internet qu’il n’y a rien de mal à utiliser l’humour pour «attirer l’attention des gens sur un sujet peu considéré». Sur Facebook, il ajoute:

«Nous aimons les costumes et faire sourire les gens. Nous avons donc décidé de marier nos activités préférées dans un échange gagnant-gagnant.»

Slate.fr

Newsletters

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Devinez quelle main invisible préparait le dîner d'Adam Smith

Dans un ouvrage drôle et percutant, l'essayiste suédoise Katrine Marçal revient sur l'une des plus fameuses théories économiques. Et pas mal d'autres certitudes.

Un manga sur la transidentité sans caricature

Un manga sur la transidentité sans caricature

Dans un univers où les personnes trans sont généralement employées à des fins comiques, les deux volumes de «Celle que je suis» contribuent à combler un vide.

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

Les figures de galants ou de libertins que nos intellos adulent sont des violeurs

Valérie Rey-Robert le démontre très bien dans son ouvrage.

Newsletters