France

Macron, un costard pour l'éternité?

Temps de lecture : 8 min

La petite phrase du ministre de l'Économie sur le costume et le travail a donné lieu à une vague d'indignation. Qu'est-ce qui s'y est dit réellement? Que trahit-elle du personnage? Tentative d'explication de texte.

ERIC PIERMONT / AFP
ERIC PIERMONT / AFP

On marche dans nos vies lestés d’instants qui ne sont rien en soi mais qui vous disent, dans l’accumulation de leurs fugacités. Vendredi 27 mai, dans une rue de Lunel, Emmanuel Macron s’est donc fabriqué une de ces petites éternités, dans une phrase lancée à un jeune homme en T-shirt «Palestine» qui venait d’écorcher sa patience. «Vous n’allez pas me faire pleurer avec votre T-shirt. La meilleure manière de se payer un costard, c’est de travailler.»

La phrase a tourné. Elle cristallise. Elle va se poser sur l’image du ministre. Elle sera une part de lui. Évidemment, elle ne dit pas tout. Mais dans notre règne de l’éphémère éternel, est-ce important?

Posons pourtant, et élargissons la focale. Notons déjà ceci. Dans les premières versions –le son était mauvais, sans doute–, on disait que Macron avait lancé «Vous n’allez pas me faire peur» à son interlocuteur, et c’était curieux. Un ministre sur ses ergots? «Me faire pleurer», c’est plus sain, mais presque pire. Il n’est pas triste quand des jeunes soient démunis, Monsieur Macron? Le jeune homme lui avait dit qu’il ne pouvait pas se payer un aussi beau costume que lui…

Prenons une minute. Voilà le dialogue. Les proches du ministres l’ont retranscrit, minutieusement, pour comprendre la mécanique de l’enfermement, et espérer la dénouer. On est donc à Lunel, quand un porteur de pouvoir s’avance vers un porteur de slogans.

Le jeune homme: «Un seul truc, la jeunesse, elle est désespérée, tu vois. La jeunesse, elle commence à en avoir là! Arrêtez avec vos discours à 2 francs 6 sous là

Macron: «C’est vous qui faites des discours…»

Le jeune homme: «Mais si, mais si...»

Patrick Vignal, député PS de l’Hérault: «Jeune homme, engagez-vous en politique».

Le militant plus âgé: «Regardez en France, regardez en France».

Le jeune homme: «On en a marre! On en a marre!! J'ai 21 ans, je me retrouve à faire une formation... On en a marre! Moi, j'ai pas les sous pour me payer un costume comme ça!»

Macron: «Mais moi j'ai boss...»

Le jeune homme: «Non, mais j'en ai marre...»

Macron: «J'ai pas de leçon à recevoir. Si vous aimez pas que la France soit bloquée, arrêtez de la bloquer.»

Le jeune homme: «Arrêtez de la bloquer pourquoi?! Pourquoi? Pourquoi?»

Macron: «...Et maintenant, non mais attendez. Moi maintenant, vous savez monsieur, la meilleure façon de se payer un costard c'est... Vous allez pas me faire pleurer avec votre T-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c'est de travailler.»

Le jeune homme: «Et alors?! Depuis l'âge de 16 ans, je travaille, monsieur.»

Macron: «Là, je viens de voir des jeunes..».

Le jeune homme: «Depuis l'âge de 16 ans je travaille, monsieur!!»

Macron: «...qui ont envie de travailler, qui ont envie de réussir, et qui sont pas en train de dire ça.»

Voilà. Ensuite, une dame au chômage fait passer un CV au ministre. Le ministre porte un costume qui ne vaut pas mille euros, comme on dira, mais un costume quand même, mais imagine-t-on un ministre en marinière, en dehors d’une couverture de magazine? Ce n’est pas Macron qui tutoie ou invective. On se trompe quand on compare sa sortie au «Casse-toi pauvre con» de Nicolas Sarkozy. Il n’y a ni violence ni vulgarité de sa part. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de question, au contraire.

Un inconscient de droite

Spontanément, face à un jeune homme qui récitait la partie connue du malheur social, Emmanuel Macon a répondu à droite. Il est allé faire résonner des vieux thèmes des droites et des patronats et d’un inconscient collectif…

1/ L’idée que les gueulards, les pas contents, les grévistes, les chômistes, sont au fond des fainéants, ou l’ont bien cherché.

2/ L’opposition entre la jeunesse saine qui travaille et veut s’en sortir, et la jeunesse qui râle et ne travaillerait pas.

3/ L’idée que la société est juste et que les hiérarchies sont saines, puisque le costard va à celui qui travaille.

Macron a cumulé un parcours d’excellence scolaire, universitaire, humain, professionnel, politique, qui le place un peu plus haut que le commun des mortels

Le ministre n’a pas dit cela ainsi. Mais c’est le son qu’il a rendu. «T’as qu’à travailler!», dit celui qui pense dans Uber un avenir possible. Dans les années 1970, Raymond Barre, Premier ministre calé sur l ‘économie et la confiance en soi, invitait les chômeurs à créer des entreprises. On s’en offusquait, à gauche. On en débat aujourd’hui. Macron s’inscrit dans cette trace. Ses ennemis s’en emparent: quelle aubaine! Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est la spontanéité de la réplique. Elle lui correspond donc.

La voix d'en haut

Macron était à Lunel persuadé de sa vérité. Il venait de rencontrer des jeunes en formation dans une école du numérique, dans une ville marquée par le djihadisme et qui ne se résume pas à cela. Échapper à l’anomie par la nouvelle économie: il était chez lui. Dans une certitude que la raison et l’invention peuvent nous sauver. Dans une possible euphorie, aussi, ou une nervosité allante, de celles qui abolissent la prudence? Il allait, le lendemain, lancer ses militants à l’assaut de la France en mal de diagnostic, pour recueillir la parole des sans-voix

Les sans-voix? Ceux qui travaillent, et pas ceux qui bloquent? En marche! Il marchait sur sa compréhension du monde. Sur le trottoir d’en face, la protestation l’attendait. C’est arrivé. Macron ne parlait pas que de lui. Il parlait au nom des enfants du numérique, de tous ceux qui bossent, et qui ne bloquent rien. Il ne lui est pas venu à l’esprit qu’on pouvait bosser et râler à la fois. Ce n’était pas une gaffe, mais un acte idéologique, venu sans apprêt.

Le problème n’est pas d’être de droite. Cela ne signifie rien. Le sujet est d’être d’en haut, et c’est au-delà des opinions. Emmanuel Macron a grandi du bon côté des fractures sociales? Cela n’est rien encore. Mais il a cumulé un parcours d’excellence scolaire, universitaire, humain, professionnel, politique, qui le place un peu plus haut que le commun des mortels, du côté de ceux qui savent, qui peuvent, qui gouvernent, qui peuvent rompre avec le système sans en être éjecté, qui ont la main. Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, comme dirait Spiderman

Les «belles personnes» de Gad

Macron vit ce parcours sans remords, et se veut un homme bienveillant. Il cherche le bien des gens, à qui des réformes, souples, flexibles, modernes, donneront une chance. Il est vraiment libéral. Il ne doute pas de ses raisons. Il en oublie parfois de ménager les autres, plus rustres ou moins nantis.

En septembre 2014, fraîchement nommé ministre, il s’était aventuré, dans une interview sur Europe 1, à des considérations sur l’illettrisme d’ouvrières de Gad, cet abattoir finistérien tué par la concurrence ou l’impéritie. Là encore, citons sur la longueur.

«Dans les sociétés qui me sont données, sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad. Vous savez? Cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup on leur explique: “Vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km.” Ces gens-là n’ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi? Il faut payer 1.500 euros et il faut attendre un an? Voilà, ça ce sont des réformes du quotidien.»

Ce qui était terrible dans cette histoire, c’est que Gad n’était pas son sujet, mais un simple exemple, pour illustrer le besoin de réforme, en l’occurence sur l’obtention du permis de conduire. De tout en haut, mais pour la bonne cause, pour attester que des changements au quotidien soulageraient la société, il avait humilié des ouvrières au chômage, sans y penser, sans penser à mal, dans un clapotis collatéral. Macron avait eu honte. Il s’était excusé. Il était allé les voir à Lampaul-Guimillau, quelques mois plus tard. Et avait eu cette phrase curieuse, sortant de sa rencontre avec elles: «J’ai rencontré de belles personnes.» C’était tendre, mais plus révélateur encore. Pourquoi était-il, lui, le ministre, celui qui pourrait déterminer qui est une «belle personne» et qui ne l’est pas? De quel droit? Être d’en haut encore. Tendrement peut-être, mais quand même d’en haut. C’est le sujet. Il y a récidive. Pardonne-t-on à ceux d’en haut?

Un jour, on opposera à Macron son costume de Lunel, en négligeant ses raisons

«Son problème, c'est le peuple»

Il y a, à cinquante ans de distance, une répétition de l’histoire. Sous De Gaulle, on l’a déjà dit, un ministre des Finances jeune et brillant faisait valoir sa différence, affable et moderne, sapant par sa simple existence le pouvoir auquel il participait. Le Général avait eu (dit-on), sur Valéry Giscard d’Estaing, ce mot méchant: «Son problème, c’est le peuple.» L’aristocrate libéral au parlé affecté avait passé sa vie politique à chercher ce peuple auquel il semblait étranger, le trouver, puis le perdre… Emmanuel Macron n’est pas aristocrate, sinon de parcours. On ne sait pas si le peuple est son problème. Mais quelque chose peut s’installer, par accumulation. Gad. Le costume. Être trop haut? Être une si belle mécanique, mais capable de blesser? Être tellement certain de soi?

Dans sa sortie contre le jeune militant, Macron s’emportait aussi contre des arguments qu’il trouve inanes, simplistes et vains. Ce qu’on lui oppose, quand on le renvoie à son parcours de banquier, quand on étale des plaintes complaisantes. Il a en lui cette phrase de Nieztsche, dans Le Gai savoir, qu’il aime à citer: «Nuire à la bêtise.» Elle n’est pas modeste. Il a lâché son coup. Il n’a pas pensé qu’il pouvait humilier, de loin, des gens ordinaires qui vivent en T-shirt parce qu’ils n’ont pas le choix. Il n’y pensait pas. Ca reviendra donc. C’est inscrit en lui. Il rencontrera à nouveau ces bêtises qui trament les protestations quotidiennes. Il les tancera à nouveau. Ou se contraindra?

Prolonger le combat

Il ne va rien se passer immédiatement. Le propre des fugacités signifiantes, c’est qu’elles s’oublient, puis ressurgissent, le moment venu. Un jour, on opposera à Macron son costume de Lunel, en négligeant ses raisons. C’est ainsi. On verra à l’usage. On verra déjà, plus rapidement, s’il imprime durablement le pays.

Il y a toujours plusieurs manières de sortir d’une étrangeté. On peut en faire un argument politique. Manuel Valls, aîné et rival de Macron, avait transmuté une plaisanterie volée par une caméra, sur le besoin d’ajouter «des whites, des blancos» dans un quartier d’Evry, en une offensive durable contre les ghettos urbains. La blague n’en était plus une, ni l’expression d’un racisme auquel il était étranger: mais une preuve de constance, une vertu politique, une convicion.

Macron n’est pas plus méprisant que Valls n’est raciste. Il peut suivre sa trace. Assumer son propos. Le revendiquer. Il a commencé, par un tweet adressé à ses détracteurs: ni mépris ni démagogie?

Il a envie de prolonger. Dire qu’il ne méprise personne mais qu’il combat. Revendiquer une «société du travail». Assumer, oui, affirmer sa préférence pour les enfants largués qui s’en vont explorer le web et ses trésors, contre les militants convenus qui ânonnent le bréviaire de la lutte des classes. Le dire donc. Et dans la France qui travaille et se lève tôt, qui s’exaspère des grèves et des blocages, il trouvera des soutiens. Ceux-ci, nés du ressentiment, ne lui ressembleront pas forcément? Mais ils feront nombre. Lunel pourrait être son lapsus fondateur d’une remise en ordre et d’un retour aux valeurs. Le débat lui appartient.

Il a deux questions, celui qui marche. Est-ce que les Français penseront que Lunel lui ressemble, pour le meilleur ou pour le pire? Pour le mouvement, ou pour le surplomb? Et une question plus intime, mais plus essentielle: est-ce qu’il est cela, aussi?

Claude Askolovitch Journaliste

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters