Monde

Une ville suisse paie 260.000 euros d'amende pour ne pas avoir à accueillir dix migrants

Temps de lecture : 2 min

Oberwil-Lieli compte 300 millionnaires parmi ses 2.000 habitants.

Capture Instagram
Capture Instagram

De part sa population, Oberwil-Lieli, en Suisse, n'est pas une commune comme les autres. Sur 2.200 habitants, elle compte pas moins de 300 millionnaires. Et un taux de criminalité avoisinant le 0%. Alors quand le gouvernement fédéral a voulu imposer l'accueil de dix migrants sur la commune, la proposition a fait désordre. Et après un référendum local remporté par une courte majorité de 52%, le maire a fait valoir qu'il ne respecterait pas cette obligation, rapporte The Independent. Un geste qui lui coûtera une amende annuelle d'un peu plus de 260.000 euros.

Pour le maire, Andreas Glarner, il ne s'agit pas de racisme, mais d'un rejet même de l'idée d'un quota qui leur serait imposer par le gouvernement. «Nous ne savions même pas si les dix migrants devaient venir de Syrie ou s'ils était en Suisse pour des motifs économiques, justifie-t-il. On pourrait leur envoyer de l'argent, mais les loger envoie le mauvais message. D'autres vont vouloir les rejoindre au péril de leur vie, tout en alimentant le trafic des passeurs.»

Il ajoute: «Bien sûr que les réfugiés syriens ont besoin d'aide. Mais celle-ci sera plus efficace si elle vient de camps plus proches de chez eux.» Marqué par les agressions sexuelles qui se sont déroulées au Nouvel An à Franfort, il confie également ne pas vouloir avoir à s'inquiéter pour la sécurité de sa fille.

Chez les habitants d'Oberwil-Lieli, d'autres sont plus explicites, peut-on lire dans Mail Online: «Nous avons travaillé dur toute notre vie. Nous ne voulons pas que notre joli village soit mis à mal. Le lieu n'est pas approprié pour recevoir des réfugiés. Ils ne cadreraient pas ici.» Certains des résidents se sont déjà proposé de participer au paiement de l'amende qui sera inscrite au budget de la commune.

Pour venir s'installer en Suisse, les migrants doivent remettre tous leurs biens d'une valeur supérieure à 1.000 francs suisses, soit l'équivalent d'environ 913 euros, expliquait en janvier Le Figaro. Une manière de les faire contribuer au paiement de leurs frais d'accueil et de dossiers. «Si une personne s'en va de son plein gré dans un délai de sept mois, elle pourra récupérer son argent et l'emporter avec elle. Dans le cas contraire, l'argent couvrira les frais engagés», explique le secrétariat d'État aux Migrations. La Suisse s'est engagée à accueillir 3.000 réfugiés syriens.

Newsletters

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Au cœur de ce sac de nœuds, la création d'une agence de recrutement bidon et une fausse alerte à la bombe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio