Tech & internet

Vous avez un secret, et il se devine dans vos e-mails

Temps de lecture : 2 min

En analysant le contenu de milliers de messages électroniques, des chercheurs ont établi les principaux tics de langage qui trahissent que l'on cache quelque chose.

Secret | Sbrac via Flickr CC License by
Secret | Sbrac via Flickr CC License by

On a entendu maintes et maintes fois les défenseurs de la loi sur le renseignement affirmer qu’ils n’ont aucun problème à être surveillés puisqu’ils n’ont rien à cacher. C’était peut-être avant que des chercheurs de l’université du Maryland ne débarquent pour prouver que l’analyse de vos e-mails peut permettre de débusquer vos secrets, y compris ceux dont vous n’avez parlé à presque personne. Et puisque Google a reconnu que nos courriels étaient délibérément scannés, il y a réellement de quoi s’inquiéter, à moins de mener une vie aussi ascétique que transparente.

Adultère, homosexualité dissimulée, activité professionnelle difficile à assumer (téléphone rose)... La chercheuse Yla Tausczik raconte que les sujets de l’étude ont été triés sur le volet. Des 1.133 volontaires, son équipe a rencontré 179 sujets intéressants. Seules 61 personnes possédant un secret à la fois singulier et clairement identifiable ont finalement été retenues.

Les chercheurs ont alors étudié plus de 59.000 e-mails envoyés par celles-ci avant et après l’irruption de leur fameux secret. Les conclusions sont assez troublantes: la tonalité et l’emploi de certains mots-clés peuvent suffire à vous trahir.

L'inconscient qui parle

Première constatation: les sujets ont tendance à intensifier leurs relations épistolaires avec leurs contacts liés de près ou de loin à leur secret, et à procéder par mimétisme en adoptant de plus en plus fidèlement le vocabulaire de leurs interlocuteurs. Il s’agirait de maintenir ces personnes sous contrôle («sois proche de tes amis, et encore plus de tes ennemis», dit le proverbe) et de les amadouer en permanence, même de façon inconsciente, afin de s’assurer qu’elles ne songent pas à la traîtrise.

Les mots indiquant des sentiments négatifs («blessé», «méchant», «laid») sont également plus employés par les porteurs de secrets, tout comme les mots liés à la perspicacité (le verbe «réaliser», les prépositions «si» et «car»). David Markowitz, chercheur ayant contribué à cette enquête minutieuse, rêve même d’un algorithme permettant de scanner les e-mails d’un utilisateur afin de déterminer l’existence d’un secret, mais aussi l’identité des personnes avec qui ce secret est partagé. À l'avenir, détecter la duperie ne passerait donc plus seulement par l’analyse des visages

Slate.fr

Newsletters

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Des espions sont sur LinkedIn avec des photos créées par une IA

Certains sont entrés en contact avec de hauts responsables américains.

Un algorithme va décoder les pleurs des bébés

Un algorithme va décoder les pleurs des bébés

Fini l’indécision et l’ignorance de savoir si votre petit veut être nourri ou changé.

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook

Une stratégie loin d’être anodine avec les futures élections en 2020.

Newsletters