Monde

Un logiciel qui compte les manifestants, un par un

Temps de lecture : 2 min

L'expression est devenue langage courant: 100 000 pour les organisateurs et 30 000 selon la Police, avec des chiffres qui changent pour chaque manifestation. A partir de maintenant ce sera difficile de se tromper: la société espagnolle Lynce a mis au point un logiciel qui permet de compter les foules, avec une marge d'erreur de seulement 15%, rapporte El Pais.

Le principe? Ce logiciel utilise des photos de très haute résolution de la foule, prises durant tout le parcours de la manifestation, mais également d'un point zénithal par rapport à la masse de personnes. Ces images sont ensuite lues et comptées par un ordinateur. Ce service est payant et varie en fonction de la grandeur de la foule, mais la société Lynce n'a pas révélé ses tarifs.

Ce système a fait ses preuves en Espagne cette semaine, quand l'EFE (agence d'information espagnole) a demandé à la société Lynce de compter les personnes présentes à la manifestation de samedi dernier contre l'avortement et contre le gouvernement. Si les organisateurs avaient fait une estimation de 2 millions de personnes et la Police parlait plutôt de 250 000, en réalité Lynce a calculé que seulement 50 000 manifestants se trouvaient dans les rues à Madrid ce jour là.

[Lire l'article complet sur El Pais]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: images de la foule à Madrid, samedi 18 octobre. EFE

 

Newsletters

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Comment la Chine exécute ses prisonniers d'opinion pour alimenter le trafic d'organes

Véritable industrie, ce trafic offre un catalogue de choix aux patients les plus riches en attente de greffes. Des preuves récentes suggèrent que la pratique barbare du prélèvement forcé d'organes est toujours en cours dans les prisons chinoises.

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

En Espagne, la sécheresse fait réapparaître un monument mégalithique immergé

Le site surnommé «Stonehenge espagnol» était sous les eaux depuis 1963.

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Notre prochaine pandémie sera celle de la démence et nous ne sommes pas prêts

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio