Monde

Les e-mails d’Hillary Clinton reviennent hanter sa campagne

Temps de lecture : 2 min

L’ancienne secrétaire d’État aurait pu se passer de ce nouveau rapport du département d’État américain.

Hillary Clinton, à Brasilia, au Brésil, en avril 2012 | SAUL LOEB/POOL/AFP
Hillary Clinton, à Brasilia, au Brésil, en avril 2012 | SAUL LOEB/POOL/AFP

Hillary Clinton n’en a décidément pas fini avec ses e-mails. L’ancienne secrétaire d’État avait utilisé un serveur privé pour les héberger: une chose qu’elle n’aurait pas pu faire si elle l’avait demandé en raison de «risques liés à la sécurité», indique le Washington Post, en se basant sur un rapport du département d’État américain.

En effet, souligne de son côté Le Monde, le rapport indique «Mme Clinton aurait dû confier ses archives au département d’État pendant son mandat, ou au moment de quitter Foggy Bottom, le quartier de Washington où il est installé, ce qu’elle n’a pas fait. Il précise que les documents livrés par la suite, à la demande du département d’État, n’étaient pas complets, ajoute que l’entourage de l’ex-First Lady a ordonné à des fonctionnaires qui s’inquiétaient de ce dispositif de ne plus en faire état».

Hillary Clinton n’était pas la seule à avoir préféré utiliser un serveur privé. Le rapport indique que l’ancien secrétaire d’État de George W. Bush, Colin Powell, a lui aussi utilisé un compte e-mail privé alors qu’il était en fonction, indique le Washington Post.

Controverse

Nous rappelions cependant en octobre 2015 que rien de ce que l’ancienne secrétaire d’État a fait n’était alors illégal: «Comme l’expliquait Jamelle Bouie au moment du scoop du New York “quand elle est devenue secrétaire d’État en 2009, l’e-mail ne faisait pas partie des règles sur les archives fédérales”.»

Malgré cela –et le fait qu’aucun piratage ne semble avoir eu lieu–, le New York Times estime que ce rapport ainsi qu’une enquête du FBI toujours en cours «vont garder en vie une controverse qui a assombri la campagne d’Hillary Clinton». L’agence fédérale américaine doit déterminer si ce «dispositif a porté atteinte, d’une manière ou d’une autre, aux intérêts des États-Unis, en exposant potentiellement des informations confidentielles», rappelle de son côté le quotidien français.

Donald Trump s’est bien évidemment déjà réjoui de ces révélations, alors que la nomination de la candidate démocrate semble s’éclaircir scrutin après scrutin. Interrogé par le New York Times, le probable candidat républicain pour la présidentielle continue ses attaques sur la supposé malhonnêteté de l’ancienne secrétaire d’État: «À chaque fois, elle essaie de trouver un angle mort et à chaque fois elle se fait attraper.»

Newsletters

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Walmart a immédiatement rappelé toutes les bouteilles vendues.

«La première fois, j'étais terrifiée»: des vétérinaires stérilisent les hippopotames de Pablo Escobar

«La première fois, j'étais terrifiée»: des vétérinaires stérilisent les hippopotames de Pablo Escobar

En Colombie, 80 hippopotames vivent en liberté depuis la mort du baron de la drogue.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 octobre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 16 au 22 octobre 2021

Libération de 5.600 détenus birmans emprisonnés pour avoir protesté contre le coup d'État de février, inondations en Inde et évolution de la pandémie... La semaine du 16 au 22 octobre en images.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio