Sports

Pourquoi Messi va être Ballon d'Or

Aurélien Le Genissel, mis à jour le 20.10.2009 à 18 h 21

Le petit génie argentin a gagné la Ligue des champions, est le meilleur attaquant du monde et son principal rival l'a eu l'an dernier.

Messi fête son but en finale de la Ligue des champions, REUTERS/Alessandro Bianchi

Messi fête son but en finale de la Ligue des champions, REUTERS/Alessandro Bianchi

France Football vient de publier la liste des 30 joueurs nominés cette année pour le prestigieux trophée du Ballon d'Or. Mais on peut d'ores et déjà parier sur Lionel Messi comme successeur de Cristiano Ronaldo. Pourquoi? Six très bonnes raisons de le considérer comme le grand favori.

Parce qu'il n'y pas eu de Coupe du Monde cet été.

C'est donc le mérite personnel et les titres des clubs respectifs qui vont être important lors de cette édition. En effet, même si cela n'est pas une loi immuable, il y a une règle non écrite dans le monde du foot qui tend à hiérarchiser les compétions lors de l'attribution du fameux prix. Et, tout en haut, se place la Coupe du Monde. Ainsi, les années où l'on dispute cette compétition mondiale, c'est presque toujours le meilleur joueur du tournoi, et même de l'équipe gagnante, qui remporte le Ballon d'Or. Cela s'est confirmé ces dernières années avec le titre contesté de Fabio Cannavaro en 2006 mais aussi avec Ronaldo en 2002, Zidane en 1998 ou Lothar Matthäus en 1990. La seule exception reste Hristo Stoichkov, en 1994, mais l'extraordinaire performance de l'équipe de Bulgarie lors de la Coupe du Monde aux Etats-Unis (4ème place) est sûrement pour beaucoup dans sa consécration cette année-là.

Une bonne nouvelle pour le petit joueur argentin étant donné les énormes problèmes qu'a rencontrés l'Argentine pour se qualifier pour la prochaine édition en Afrique du Sud. Mais au-delà de la débâcle générale de l'«Albiceleste», ce sont ses performances individuelles qui sont fortement remises en question par le public argentin. Même le sélectionneur national commence à critiquer le fossé qui sépare ses performances extraordinaires avec le F.C. Barcelone de ses apparitions indolentes en équipe nationale. Un coup de chance donc pour Messi qu'il n'y ait pas de grande compétition internationale planétaire cette année.

Parce qu'il a gagné la Ligue des champions cette année

Ce n'est pas non plus une nécessité absolue mais c'est une tendance qui se dessine ces derniers temps et qui confirme la théorie de la hiérarchisation des compétitions. Si la Coupe du monde est la mieux cotée, la Ligue des champions reste un des critères les plus importants. On peut ainsi remarquer que C. Ronaldo (2008), Kakà (2007), Ronaldo (2002) ou Figo (2000) ont reçu le trophée après avoir remporté le plus prestigieux des tournois européens. Or cette saison c'est le F.C Barcelone qui a été sacré champion d'Europe. Et, qui plus est, avec une campagne de haute volée de Léo Messi et le second but inscrit (de la tête) en finale. Une victoire qui place le Barça comme le club le plus représenté dans la liste des trente nommés.

Parce que Cristiano Ronaldo l'a reçu l'année dernière...

...Et on voit mal qui d'autre peut réellement concurrencer Messi. En intégrant les deux facteurs importants qui ont été cités précédemment (et une vision objective du jeu), il n'y a que deux joueurs qui semblent avoir vraiment leur mot à dire: Xavi et Iniesta. Ses deux compagnons de club qui, en plus, ont gagné le Championnat d'Europe avec l'Espagne. Le premier a été choisi comme le meilleur joueur du tournoi et son rôle au Barça est aussi immense que discret. Le second a toute la sympathie et l'admiration du foot espagnol, grâce à la passion que lui portent Pep Guardiola et Vicente del Bosque (et au but à la dernière minute en demi-finale face à Chelsea), mais manque surement de projection internationale. Dans le monde du football-spectacle, les deux milieux barcelonais ne sont pas assez médiatiques et populaires. De plus, tout au long de l'année, ces mêmes joueurs n'arrêtent pas de répéter que le meilleur du monde reste Messi, qu'il est le leader de l'équipe ou que c'est lui qui peut faire la différence. Une modestie qui peut faire toute la différence pour le trophée du meilleur joueur d'Europe.

Parce que c'est le meilleur attaquant

Encore une «coutume» dans le monde décidément traditionnel du ballon rond. Dans ce cas, il existe quelques précédents dans l'attribution du Ballon d'Or à un défenseur. Mais ils ne sont pas nombreux, quatre pour être précis, et non des moindres (Franz Beckenbauer deux fois, Matthias Sammer et Fabio Cannavaro). Deux allemands et un italien. Si l'on sait qu'il n'y aucun représentant de ces deux pays (traditionnellement appréciés pour leur défense) dans la liste de cette année on imagine sans difficultés que le choix risque de se porter plutôt sur les avants postes. Si l'on parle en termes de statistiques, on peut dire qu'il n'y a que 7,5% de chances pour que le titre aille à un défenseur alors qu'il y a presque 54% pour qu'il tombe entre les mains d'un attaquant. En analysant les résultats jusqu'à ce jour bien sûr. On ne peut donc que constater que les chances de l'excellent Nemanja Vidic sont quasiment nulles. Et ce n'est pas sa lenteur en finale de la Ligue des champions qui arrangera les choses...

 

Parce qu'aucun argentin ne l'a jamais gagné

Pas même le grand «Pibe de Oro», Diego Armando Maradona. Et pourtant, la ressemblance entre les deux joueurs est parfois troublante. Ne vous inquiétez pas, il y a une explication à cela. À l'origine, la récompense était réservée aux joueurs européens et, ce n'est qu'en 1995 que le trophée est devenu accessible à tous les joueurs évoluant dans un club du vieux continent. Une petite injustice qui pourrait être réparée en attribuant le prix à Léo Messi. Et on sait que la géopolitique compte aussi dans le foot... comme dans tous les prix du monde.

Parce que les gardiens ne le gagnent pas

Sauf Lev Yachine en... 1963. Si ce n'était pas le cas, il existerait un joueur qui pourrait faire trembler Messi: Iker Casillas. Le héros et capitaine de l'équipe d'Espagne Championne d'Europe cet été. Cela fait plusieurs années qu'il bat des records avec le Real Madrid et la «Selección». En Espagne, on l'appelle «El Santo» et on ne compte plus les arrêts miraculeux qu'il enchaîne. On commence à parler de lui comme le meilleur gardien de tous les temps. Et il y a des raisons à ça. Il a réussi à sauver l'équipe quand les choses allaient vraiment très mal ces dernières années. Seuls problèmes: c'est un gardien, il n'a pas gagné de Coupe du Monde et cela fait trop longtemps que le Real ne brille pas en Europe. Dommage car cela aurait était une belle surprise et une façon de rappeler que le foot ce ne sont pas que des buts. Il y aussi ceux qui veulent les empêcher.

Le résultat semble donc bel et bien couru d'avance. D'autant plus que Zinedine Zidane lui-même annonce déjà Messi comme le grand gagnant. Et si c'est Zizou qui le dit...

Aurélien Le Genissel

Image de Une: Messi fête son but en finale de la Ligue des champions, REUTERS/Alessandro Bianchi

Aurélien Le Genissel
Aurélien Le Genissel (64 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte