Égalités / Monde

La présidente de Taïwan accusée d'être inapte à gouverner car célibataire

Temps de lecture : 2 min

Un éditorial chinois explique que, comme elle n'est pas mariée, Tsai Ing-wen est trop émotionnelle et extrême.

Tsai Ing-wen avec le vice-président Chen Chien-jen lors d'un banquet à Taipei, le 20 mai 2016. POOL / AFP
Tsai Ing-wen avec le vice-président Chen Chien-jen lors d'un banquet à Taipei, le 20 mai 2016. POOL / AFP

Tsai Ing-wen, la nouvelle présidente de Taïwan, vient d'entrer en fonction. Mais la presse chinoise a déjà trouvé un angle d'attaque pour la critiquer: elle est célibataire.

Un membre du gouvernement chinois chargé des relations avec Taïwan a écrit un éditorial qui analyse longuement pourquoi une femme qui n'est pas mariée ne peut pas être une bonne présidente, rapporte Quartz.

Dans un journal contrôlé par le gouvernement, Wang Weixing a écrit:

«En tant que femme politique célibataire, [Tsai] n'a pas à gérer de relation amoureuse, de contraintes familiales ou d'enfants. Donc politiquement, son style et ses stratégies ont tendance à être plus émotionelles, personnalisés et extrêmes.»

L'éditorialiste rentre ensuite dans les détails: d'après les informations disponibles, Tsai Ing-wen n'a eu qu'un petit ami, qu'elle a rencontré aux États-Unis, et qui est mort dans un accident. Pour lui, ce passé personnel la conduira à avoir un style politique agressif.

Plus que sa vie sentimentale, c'est son discours sur le renforcement de la démocratie et de l'indépendance taïwanaise qui énerve Pékin. Mais l'angle d'attaque personnel n'a pas convaincu la population. Après de nombreuses réactions outrées accusant l'article de mysoginie, l'agence de presse Xinhua a effacé l'éditorial de son site.

Sur les réseaux sociaux, certains utilisateurs ont rappelé que la Chine avait de bons rapports avec des chefs d'État célibataires: comme Vladimir Poutine ou la présidente de Corée du Sud, Park Geun-Hye.

Newsletters

Les filles peuvent s'habiller comme elles veulent, c'est un droit, pas une opinion

Les filles peuvent s'habiller comme elles veulent, c'est un droit, pas une opinion

Leur interdire des tenues sous prétexte qu'elles risquent d'exciter les garçons hétéros, c'est ce qu'on appelle la culture du viol.

Ces parents qui ne peuvent plus «saquer leur gosse» après le confinement

Ces parents qui ne peuvent plus «saquer leur gosse» après le confinement

Après des vacances et une rentrée agitées, au moment où des classes ferment, le spectre du retour à la maison des enfants effraie de plus en plus les parents.

Peut-on exister dans l'espace public français quand on porte un hijab?

Peut-on exister dans l'espace public français quand on porte un hijab?

Imane Boun, qui a quitté Twitter après une reprise insultante de la journaliste Judith Waintraub, n'est pas la première à être visée par des propos islamophobes au seul motif de porter le voile.

Newsletters