Monde

On sait peut-être enfin d’où viennent les cheveux de Donald Trump

Temps de lecture : 2 min

Contrairement à ce qu’il répète, les cheveux de Trump sont probablement faux.

Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump lors d’un meeting de campagne le 31 janvier 2016 à Council Bluffs, dans l’Iowa | Christopher Furlong/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP
Le candidat à la primaire républicaine Donald Trump lors d’un meeting de campagne le 31 janvier 2016 à Council Bluffs, dans l’Iowa | Christopher Furlong/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

C’est un des grands mystères de la campagne présidentielle américaine. D’où viennent les cheveux de Donald Trump? Pourquoi sont-ils disposés sur son crâne de façon si étrange? De nombreux Américains sont perplexes.

«C’est la partie des cheveux de Trump qui me déconcerte le plus.»

Le candidat républicain s’est plusieurs fois laissé tirer les cheveux en public pour prouver qu’il n’avait pas de perruque. Mais la forme bizarre de sa chevelure demeure inexpliquée, notamment la façon dont ses cheveux bougent de manière uniforme dans le vent.

Plusieurs interprétations folles ont circulé. Les cheveux de Trump viendraient-ils des prairies côtières du nord de la Norvège, comme le suggère cette image?

Le site new-yorkais Gawker a pris la question au sérieux et, à la suite d’informations d’un lecteur, la journaliste Ashley Feinberg a enquêté sur la clinique capillaire Ivari International, qui a fermé aux États-Unis en 2010 et est poursuivie en justice par plusieurs anciens clients.

Extensions

Cette clinique a développé une technique très coûteuse –60.000 dollars pour un premier traitement et avec un entretien coûteux et régulier– qui utilise des «micro-cylindres» pour attacher des extensions de cheveux sur le crâne. Les photos retrouvées par Gawker sur le site d’Ivari montrent que les résultats sont assez proche du style Trump.

Bien que ni Trump ni Edward Ivari (aussi connu sous le nom de Mohammed Ali Ivari) n’aient confirmé la connexion, un détail tend à la confirmer. Jusqu’en 2005, la clinique Ivari de New York se situait au 25e étage de la Trump Tower, un étage privé réservé au bureau de Donald Trump et à d’autres espaces personnels pour ses proches.

L’équipe de campagne de Trump n’a pas répondu aux demandes de commentaire de Gawker mais, lors d’un meeting politique en Californie le lendemain de la publication de l’article, le candidat a abordé le sujet: «Ce sont mes cheveux, que vous les aimiez ou pas. Ce sont mes cheveux.» Et la foule a crié et applaudi.

Newsletters

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

En Argentine, même le président de la République parle en langage inclusif

Dans le pays, le langage dégenré a dépassé les cercles militants en conquérant les universités et institutions publiques au point que même le chef d'État décline ses discours en employant ce mode.

Mises en scène, dérive autoritaire... À quoi joue Trump?

Mises en scène, dérive autoritaire... À quoi joue Trump?

Spectateur des divisions de son pays, le président américain ne manquera pas de tirer la couverture à lui.

La confusion très française autour de l'universalisme

La confusion très française autour de l'universalisme

Tel qu'il est radoté sur les talk-shows, c'est une dangereuse imposture. L'universalisme, le vrai, commence où finit cette fiction. 

Newsletters