Culture

«Game of Thrones» a libéré l’inceste... dans les fanfictions

Temps de lecture : 3 min

Les amateurs de «Game of Thrones» multiplient les relations incestueuses façon Jaime et Cersei Lannister.

Extrait de «Game of Thrones» I HBO
Extrait de «Game of Thrones» I HBO

Cet article contient des spoilers sur le quatrième épisode de la saison 6.

Game of Thrones est une série de vicieux devant laquelle on s’attendrit d’une relation entre un frère et sa sœur qui a donné trois enfants. Il n’en fallait pas plus pour libérer l’écriture des amateurs de fanfictions, avec une recrudescence depuis que Jon et Sansa sont réunis. Sur Tumblr, une jeune femme a posté sous le pseudonyme Victorian Dragon Princess un billet où elle s’insurge de ces fantasmes de relations entre enfants élevés ensemble:

«Interdire l’inceste de notre société, ce n’est pas dire: “Ce serait mieux pour l’humanité si nous faisions des bébés génétiquement variés.” La diversité génétique est un concept très récent, quelques centaines d’années, alors que l’interdit de l’inceste a des milliers d’années. Le fait de bannir l’inceste est en fait considéré comme le moment charnière où les humains ont cessé d’être des animaux et ont commencé à être une civilisation. Donc, oui, c’est un élément très moral et très psychologique, c’est une idée à la base de notre société.

En bref, interdire l’inceste, c’est dire: “Je considère cette personne comme mon frère ou ma sœur et faire des enfants avec elle poserait un problème moral et serait absolument dégoûtant.” On s’en branle de savoir combien de gènes partagent Sansa et Jon. Ce qui importe, c’est qu’ils ont été élevés comme frère et sœur toute leur vie. Et leur inventer une relation est quelque chose que je ne peux pas faire pour cette raison.»

«Quand j’avance vers Robb Stark, nos yeux se fixent et quelque chose bouge en moi.»

«Traite-moi comme ta mère»

Dans la seconde partie de cette citation, Victorian Dragon Princess ne fait pas seulement référence au fait que Sansa et Jon ont officiellement le même père mais pas la même mère. La majorité des auteurs de ces fanfictions incestueuses excusent leurs écrits en rappelant qu’une théorie de fans veut que Jon ne soit pas le fils de Ned Stark et qu’il ne soit que le cousin de Sansa. La relation ne tiendrait alors pas de l’inceste au sens que lui donne le Larousse. On compte plusieurs relations entre cousins dans l’intrigue de Game of Thrones, notamment entre Tywin et Joanna Lannister. Reste que le terme «inceste» fait partie des mots-clés de nombreuses fanfinctions mettant en scène Jon et Sansa.

Un grand nombre de fans ne s’embarrassent pas de cette considération, publiant des textes où Jon et Sansa sont bel et bien des amants ayant le même père. Quand ils ne mettent pas en scène une fratrie dont l’ascendance ne fait aucun doute. Sur le site de référence FanFiction.net, on trouve 1.100 textes imaginant des relations incestueuses entre personnages de Game of Thrones. Archive of Our Own en héberge 692, dont 446 sur des relations entre frères et/ou sœurs pour seulement 30 entre parent et enfant.

Parmi les couples imaginés, on trouve Jon Snow et Robb Stark, mais aussi Daenerys et (feu) Viserys Targaryen, Roose et Ramsay Bolton, Jon Snow et Arya Stark, Theon et Yara Greyjoy, Sansa et Arya Stark, etc. La relation entre Jon Snow et Sansa Stark qui choque Victorian Dragon Princess compte 181 fanfictions sur Archive of Our Onw, des plus romantiques à celles aux titres plus crus comme «Traite-moi comme ta mère».

Les fanfictions sont un terreau pour raconter une sexualité [réelle ou fantasmée] qui brise tous les tabous

Brigitte Chapelain, chercheuse

Brigitte Chapelain est l’une des très rares chercheuses françaises dont le domaine de spécialisation englobe les fanfictions. Selon la maîtresse de conférences du Laboratoire Communication et Politique (LCP), la trangression des interdits, sexuels notamment, a toujours constitué une part importante des fanfictions:

«Pendant longtemps, la littérature pour adolescents ne traitait pas de la sexualité. En soulevant l’interdit, les fanfictions libèrent, d’autant que l’on partage avec des gens que l’on ne connaît pas, que l’on ne voit pas. Les fanfictions sont un terreau pour raconter une sexualité [réelle ou fantasmée] qui brise tous les tabous.

Avec l’inceste on peut difficilement aller plus loin, mais on trouve aussi des choses plus étonnantes comme des hommes qui attendent des enfants. La transgression n’est pas née avec la série Game of Thrones, les Potter-fictions [fanfictions sur le monde d’Harry Potter] par exemple vont très loin dans la transgression des tabous, mais le phénomène est encore plus ancien.»

Malgré une tradition de transgression dans les fanfictions, celles de Game of Thrones sont particulièrement sujettes aux récits incestueux. Sur Archives of Our Own, ils ne représentent que 1,76% de l’ensemble des fanfictions parlant d’Harry Potter, contre 0,69% des 24.920 récits prenant place dans l’univers Star Wars. On culmine à 5,74% de récits incestueux pour Game of Thrones. Pour Brigitte Chapelain, «il est difficile de comprendre sans une longue étude pourquoi on obtient ces chiffres-là. Mais il est clair que la présence d’inceste dans l’intrigue fait partie des facteurs qui entre en jeu».

Newsletters

Les podcasts sur la littérature pour bien remplir sa valise

Les podcasts sur la littérature pour bien remplir sa valise

De la science-fiction aux grands classiques, les livres se découvrent désormais sur les ondes mais se dévorent toujours en vacances.

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Pour sa saga, George R. R. Martin s'est inspiré de la Guerre des Deux-Roses, un conflit impitoyable de l'Angleterre du XVe siècle, qui opposa les Lancaster et les York.

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

Où sont les femmes de la littérature? Pas dans les manuels scolaires

[TRIBUNE] Comment expliquer et accepter cette durable disproportion entre autrices et auteurs dans nos programmes éducatifs?

Newsletters