Société

«Que risque-t-on en proposant à son patron d'aller se faire foutre?»

Temps de lecture : 2 min

Image de une: Tranchis, Flickr CC
Image de une: Tranchis, Flickr CC

«Faut-il mieux traiter son patron de «nul» ou de «fils de pute»? Que risque-t-on en lui proposant d'aller se faire foutre? Si l'affaire finit au tribunal, un cadre et un chauffeur routier ont-ils les mêmes chances?» Eco89 vous fournit le manuel pour insulter votre patron sans vous faire virer.

Exemple: un employé qui avait dit à son patron d'aller se faire foutre s'est vu blanchi du fait «des circonstances particulières ôtant [aux propos] tout caractère injurieux». L'employé s'était ainsi exclamé en refusant de venir travailler le week-end.

Il y a donc les circonstances; il y a aussi le choix des mots. Un gros mot n'est pas forcément une injure. «Tu me fais chier et tu m'emmerdes», propos proférés par une salarié à son chef, avaient été considérés par la Cour d'appel de Douai, comme des propos «certes déplacés et peu révérencieux» mais «ne constitu[ant] pas pour autant des injures au sens propre du terme».

Evidemment, injurier son supérieur en public est plus grave. D'abord il y a des témoins, ensuite c'est plus humiliant pour le supérieur en question. L'ancienneté d'un salarié peut aussi contribuer à le protéger, surtout s'il n'y a jamais eu d'incident au cours de sa carrière.

[Lire l'article complet sur Eco89.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Tranchis, Flickr CC

Newsletters

Ha, ha?

Ha, ha?

L'inceste fraternel, quand les parents de la victime sont aussi ceux de l'agresseur

L'inceste fraternel, quand les parents de la victime sont aussi ceux de l'agresseur

Au sein d'une fratrie, on est censé se serrer les coudes, ne pas se dénoncer. La loyauté, c'est très fort. La peur aussi.

Aux États-Unis, un homme vivait caché dans un aéroport depuis trois mois

Aux États-Unis, un homme vivait caché dans un aéroport depuis trois mois

Par peur du Covid-19, il ne voulait pas rentrer chez lui.

Newsletters