FranceMonde

Les Européens rêvent de vivre en Suisse et ont peur de devenir grecs

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 24.05.2016 à 18 h 36

Repéré sur Quartz

Voilà ce qui se passe quand on demande aux Européens de noter la santé économique de leurs voisins...

Pour les Européens, la Suisse est le pays la situation économique est la meilleure | Jérémy Sauterel via Flickr CC License by

Pour les Européens, la Suisse est le pays la situation économique est la meilleure | Jérémy Sauterel via Flickr CC License by

L’état d’esprit des Européens n’est pas exactement à l’insouciance. Touchée de plein fouet par la crise économique de 2008, l’Union a évité de peu la désintégration lors de la crise grecque, a frôlé une victoire de l’extrême droite à l’élection présidentielle autrichienne et s’apprête à faire face à un possible Brexit. Dans ce contexte instable depuis plusieurs années, marqué également par la crise des migrants et les menaces terroristes en 2015, les Européens ont matière à cogiter sur l’état du continent.

Les États ne sont cependant pas uniformément touchés par les crises et une étude comparative portant sur neuf d’entre eux le confirme. Ce vaste sondage, réalisé par une équipe de l’université de Genève dans le cadre d’un projet de recherche sur les conséquences des crises économiques sur les populations, a été publié en mars 2016.

Le rapport éclaire en premier lieu la manière dont chaque pays considère ses voisins, les participants ayant eu à noter les conditions de vie de ces derniers et à les comparer avec leur propre situation. Sans surprise, les Européens jugent unanimement que c’est en Grèce que la situation est la pire, et même les Grecs sont d’accord pour placer leur pays en queue de classement. Le haut du tableau donne, lui, matière à une douloureuse introspection puisque c’est la Suisse qui l’emporte. Un État qui, comme le note le site Quartz, a pour particularité d’être un paradis fiscal, d’adopter une politique migratoire très restrictive… et de ne pas faire partie de l’UE.  

Première colonne: pays des citoyens interrogés; deuxième colonne: pays dont ils pensent que la situation économique est meilleure que la leur; troisième colonne: pays dont ils pensent que la situation économique est la meilleure; quatrième colonne: pays dont ils pensent que les conditions sont les pires. Source: Quartz.

L’avantage d’un sondage comparatif est d’offrir un cadre de référence pour juger de l’état relatif de plusieurs populations, quelle que soit la méthode employée. Le rapport d’étude renoue dans ses résultats avec une répartition classique des pays européens, entre d’une part des pays du Nord en meilleure santé économique et donc plus confiants (Allemagne, Suède, Grande-Bretagne) et des pays du Sud (Italie, Espagne, Grèce et France) dont les opinions reflètent la dégradation de la situation. Il est important de noter que seulement 37% des Français considèrent que leur niveau de vie est supérieur à celui de leurs parents, soit à peine plus que les Grecs (32%).

Légère consolation: les réponses illustrent fort bien le «paradoxe français» d’un pessimisme collectif qui cohabite avec un –relatif– optimisme de l’individu. Alors que la vaste majorité des Français jugent la situation économique mauvaise et, surtout, s’attendent à ce qu’elle empire, ils sont 70% à penser qu’ils conserveront leur emploi dans les douze prochains mois. Comme en miroir de cette situation relativement rassurante des «insiders», ceux qui cherchent un emploi sont autant (70%) à se montrer pessimistes quant à l’éventualité d’en trouver un au cours des douze prochains mois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte