France

Comment allez-vous?

Temps de lecture : 2 min

Mais qu’est-ce donc qui va mieux? l’emploi? la sécurité? la croissance? le bonheur?

Dire que ça va mieux implique que la situation a été meilleure et qu’elle est en train de revenir à son niveau antérieur | Daisy.Chain via Flickr CC License by

À cette question si fréquente et si banale, il est naturel de répondre de façon légère et allusive, sans jamais entrer dans le détail de ce qui peut nous affecter vraiment, sous peine d’être pris pour un importun qui ose étaler ses problèmes personnels devant des gens qui n’en ont rien à faire.

Parmi les réponses les plus communes, celles qui masquent le mieux la réalité, dans les conversations de tous les jours entre deux personnes, sont: «Tout va bien», «Ça pourrait aller mieux» et «Ça va mieux». La première exprime, dans le vague le plus total, l’idée que la situation est conforme à ce qu’on peut en espérer de mieux; qu’elle est «normale». La deuxième laisse entendre, d’une façon minimaliste, que les soucis s’accumulent, que la situation n’est pas aussi bonne que la «normale». La troisième dit, en creux, que la situation, qui s’était détériorée, tend à revenir à un équilibre antérieur; qu’on est en train de sortir du pathologique pour retourner à la «normale».

Lorsqu’on emploie ces formules, non plus à propos d’une circonstance individuelle, mais pour qualifier un contexte collectif, elles prennent une signification un peu différente. La première signifie qu’aucune crise ne perturbe la nation; aucun dirigeant politique, dans aucun pays du monde d’aujourd’hui, ne pourrait oser employer une telle formule, sinon peut-être dans quelques royaumes d’opérette. La deuxième, qui résume le point de vue le plus largement répandu, renvoie à la description d’un état des choses vaguement non optimal. La troisième implique que la situation du pays a été meilleure qu’elle n’est et qu’elle est en train de revenir à son niveau antérieur.

Aucune vision

Autrement dit, dans l’expression «Ça va mieux», il y a l’idée que cela allait bien avant et que la seule chose que l’action politique puisse chercher à réussir, c’est à rétablir un état de fait antérieur. Ceux qui emploient ce vocabulaire le font pour créer des anticipations positives: si on est persuadé que tout va mieux, alors on consomme, on investit, on prend des risques. Prétendre que tout va mieux, c’est vouloir créer les conditions pour que cela le devienne, par une prophétie autoréalisatrice.

Débattre sur la question de savoir si «ça va mieux», c’est reconnaître que tout va vraiment très mal

Mais réduire le débat politique à des formules aussi médiocres est consternant. Il est désolant de résumer le diagnostic à «Ça va mieux», et plus encore de le voir débattu doctement. Mais qu’est-ce donc qui va mieux? l’emploi? la sécurité? la croissance? le bonheur?

Le rôle du politique n’est pas de faire revenir le pays à un état antérieur, supposé normal; il n’y a rien de normal ni de pathologique en politique. Il n’y a que des situations sans cesse nouvelles, aux multiples paramètres, individuels et collectifs. Et le sort d’une nation n’est pas d’hésiter entre un état «normal» et un état «pathologique»; une bonne politique ne se juge pas selon les critères de la médecine.

En focalisant le débat sur une question aussi pauvre, comme on le fait en ce moment en France, on reconnaît que le pays n’a aucune vision du monde, qu’il n’a aucun récit de son histoire, aucun projet pour son avenir.

Débattre sur la question de savoir si «ça va mieux», c’est donc reconnaître que tout va vraiment très mal. À cela, nous sommes, je crois, très nombreux à ne pas nous résigner; nous sommes très nombreux à penser que le pays peut aller beaucoup mieux en ne se posant pas ce genre de questions.

Cet article a été initialement publié dans L’Express.

Jacques Attali

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters