Monde / Économie

Semaine de 30 heures: des entreprises suédoises vantent les bienfaits du travail allégé

Temps de lecture : 2 min

Dans la région de Göteborg, les 30 heures hebdomadaires ont la cote.

 Open space | David Martyn Hunt via Flickr CC License by
Open space | David Martyn Hunt via Flickr CC License by

35 heures? Plus? Moins? Les Suédois se fichent de ce vieux serpent de mer bien français qui revient fréquemment dans les slogans contre la Loi Travail. Depuis 2015, plusieurs entreprises de la région de Göteborg, deuxième ville de Suède, testent la semaine de 30 heures. Et ils en sont très satisfaits, rapporte le New York Times.

«Nous sommes plus heureux et un travailleur heureux c'est un meilleur travailleur», se réjouit Arturo Perez, aide-soignant à Svartedalens dans la banlieue de Göteborg maintenant habitué à ses six heures de travail quotidiennes. L'expérience dans la commune porte ses fruits. Plusieurs études montrent qu'elle réduit non seulement l'absentéisme mais améliore aussi la productivité et la santé des employés. La première expérience de ce type en Europe était née en Finlande dans la seconde moitié des années 1990. Selon l'OCDE, en 2014, la durée moyenne de travail en Suède était de 35,8 heures contre 36,1 en France.

«Maintenant, il est plus facile de me reposer et avoir le temps à la maison de parler avec mes enfants», abonde Gabrielle Tikman, infirmière chirurgicale. «Nous souhaitons un nouveau débat en Suède pour que la vie professionnelle ait pour but de maintenir un état de bien-être», estime pour sa part Daniel Bernmar, chef du parti de gauche au conseil municipal de Göteborg, à l'origine de cette nouvelle organisation du temps de travail.

Employeurs séduits

On pourrait se dire que seuls les salariés profitent de ce système promouvant l'harmonie entre la vie professionnelle et le temps libre, pourtant la mesure ravit les patrons. «Nous pensions qu'une semaine de travail plus courte signifierait que nous aurions à embaucher plus, mais cela ne s'est pas vérifié car tout le monde travaille plus efficacement», explique Maria Brath, fondatrice d'une start-up spécialisée dans l'optimisation des moteurs de recherche dont les employés travaillent six heures par jour depuis trois ans. Malgré la réduction horaire, la société a doublé son chiffre d'affaires et ses profits chaque année.

L'initiative débutée dans un centre technique du constructeur Toyota pour répondre au stress des employés et aux plaintes des clients possède ses opposants. Ils y voient un risque de perte de compétitivité notamment dans les grandes entreprises. Mais la démarche fait son chemin. À l'heure où l'Europe se tourne vers des durées de travail plus importantes, la Suède nous questionne en prenant le contre-pied parfait de cette tendance.

Slate.fr

Newsletters

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un Néo-Zélandais amène un clown à son entretien de licenciement

Un publicitaire a embauché un clown professionnel pour égayer son licenciement.

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Le Sharpiegate, le jeu des sept erreurs à la Maison-Blanche

Trump ne se trompe jamais (vos paupières sont lourdes).

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s'est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

Newsletters