Monde

L'héroïne du selfie anti-extrême droite avait tenu des propos antisémites

Temps de lecture : 2 min

«Hitler n'a pas tué tous les Juifs pour que l'on puisse se rappeler pourquoi il les tuait»

Twitter - Saad Abedine
Twitter - Saad Abedine

Sa photo avait fait le tour du monde. Quelques semaines après celle d'une militante suédoise levant silencieusement le poing devant un cortège de plusieurs centaines de personnes affiliées à une organisation néo-nazie, Zakia Belkhiri avait réalisé un selfie ironique devant une manifestation anti-islam, à Anvers, en Belgique.


Après un premier article de Vice, de nombreux médias belges et internationaux (dont quelques Français) s'étaient empressés de reprendre la photo de cette jeune musulmane belge de 22 ans, rapidement «devenue “symbole de la lutte contre le racisme” et l'islamophobie», comme l'expliquait 20 Minutes, ce 20 mai:

«Contrairement à la militante antiraciste et désormais icône mondiale Tess Asplund, qui s’était préparée à brandir son poing face à un cortège de 300 néonazis en Suède ce 1er mai, Zakia Belkhiri assure, elle, que ce “buzz” est ici le fruit du hasard et de l’improvisation.»

Mais toute cette histoire a poussé de nombreuses personnes à s'intéresser à Zakia Belkhiri. Certaines ont donc décidé de remonter les messages qu'elle a envoyé depuis son compte Twitter au fil des années, et le mythe s'est sérieusement écorné, indique la BBC:

«Depuis, une série de remarques antisémites que Mme Belkhiri a fait sur le réseau social a été découverte. Dans un tweet datant de novembre 2012, elle écrivait: “Hitler n'a pas tué tous les Juifs pour que l'on puisse se rappeler pourquoi il les tuait. Dans un autre post Facebook de mars 2014, elle utilisait une insulte pour décrire les Juifs avant d'ajouter: “Je les déteste tellement”.»


Après avoir désactivé ses comptes, Zakia Belkhiri a finalement fait son retour sur Twitter, samedi, (avant de redésactiver son compte) et tenté d'expliquer ses tweets de l'époque, souligne le site britannique.

«Mon opinion remonte à plusieurs années et pointait les sionistes qui répandent la hainte au lieu de l'amour. À tous les autres Juifs, que la paix soit avec vous.»

Reste que malgré ces explications, la BBC indique que de nombreuses personnes sont loin d'être convaincues par la jeune femme.

Newsletters

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Le terme n'est plus uniquement utilisé pour décrire des préjugés ou des discriminations, mais pour évoquer un système de domination blanche qui aurait infecté la société entière.

En Argentine, le footing devient un acte politique

En Argentine, le footing devient un acte politique

Dans le contexte de confinement sans fin que traverse Buenos Aires, l'adepte de la course à pied est peut-être devenu·e un·e opposant·e à la politique du gouvernement central.

C'est le son de la police: le bruit aussi peut être une arme

C'est le son de la police: le bruit aussi peut être une arme

Aux États-Unis, l'usage des armes sonores employées contre les manifestant·es s'est largement répandu ces derniers mois, dans le contexte des rassemblements pour George Floyd.

Newsletters