Culture

Cannes 2016: Ken Loach, huitième membre du club des deux Palmes

Temps de lecture : 2 min

Déjà sacré pour «Le Vent se lève» en 2006, le cinéaste britannique a reçu la plus haute récompense des mains du jury présidé par George Miller pour «I, Daniel Blake». Les films de Dolan, Assayas, Mungiu, Farhadi, Mendoza et Arnold ont également été primés.

Le palmarès du 69e Festival de Cannes a été annoncé, dimanche 22 mai, par le jury présidé par le cinéaste australien George Miller. Il était composé des réalisateurs Arnaud Desplechin et László Nemes, des acteurs et actrices Kirsten Dunst, Mads Mikkelsen et Donald Sutherland, de l'actrice et réalisatrice Valeria Golino, de l'actrice et chanteuse Vanessa Paradis et de la productrice Katayoon Shahabi.

Palme d'or: I, Daniel Blake de Ken Loach (Royaume-Uni)

Il s'agit de la deuxième Palme d'or pour le réalisateur britannique, après celle remise en 2006 au Vent se lève par un jury présidé par Wong Kar-wai. Il rejoint donc Francis Ford Coppola, Bille August, Emir Kusturica, Shohei Imamura, les frères Luc et Jean-Pierre Dardenne et Michael Haneke dans le club des cinéastes deux fois palmés.

Ce qu'on en a pensé: «Ken Loach est solidement assis sur la branche maîtresse de son cinéma, consacré avec une générosité incontestable à souligner les effets d’un capitalisme sans foi ni loi. [...] I, Daniel Blake est un honorable film de Ken Loach, sans plus.»

Grand Prix: Xavier Dolan pour Juste la fin du monde (Canada)

Ce qu'on a pensé: «Un film peu aimable, teigneux, strident et malheureux. Un film pourtant où, par le détour d’autres mots et d’autres corps, Xavier Dolan atteint peu à peu une vérité, une émotion qui sont bien ceux qu’il cherche, par des voies différentes, depuis J’ai tué ma mère

Prix de la mise en scène: Olivier Assayas pour Personal Shopper (France) et Cristian Mungiu pour Baccalauréat (Roumanie)

Ce qu'on a pensé de Personal Shopper: «Personal Shopper est sans doute le film le moins consensuel de la compétition. C’est aussi assurément le plus audacieux, le plus complexe –et aussi, en espérant que cela ait encore un sens à Cannes, le plus travaillé par l’amour et la confiance dans le cinéma.»

Ce qu'on a pensé de Baccalauréat: «Mungiu, avec beaucoup de force et une grande émotion qui peu à peu s’installe à mesure qu’on accompagne ces protagonistes dans la toile d’araignée de leur quotidien, donne à éprouver les exigences et les incertitudes de la morale.»

Prix du scénario: Asghar Farhadi pour Le Client (Iran)

Ce qu'on en a pensé: «Le Client est sans doute le meilleur film de ce cinéaste, meilleur en tout cas que les surestimés A propos d’Elly et Une séparation, sans parler du complètement sans intérêt Le Passé. Le réalisateur privilégie toujours, hélas, les manigances scénaristiques sur les puissances de la mise en scène.»

Prix d'interprétation féminine: Jaclyn Jose pour Ma' Rosa de Brillante Mendoza (Philippines)

Ce qu'on en a pensé: «Monde tour à tour brutal et chaleureux, monde de la survie à tout prix, l’univers de Ma’ Rosa est pourtant décrit avec une sorte d’affection, une manière sans complaisance mais sans moralisme de prendre acte d’un état d’urgence où il serait obscène de se poser en donneur de leçons.»

Prix d'interprétation masculine: Shahab Hosseini pour Le Client d'Asghar Farhadi (Iran)

Prix du jury: American Honey d'Andrea Arnold (Royaume-Uni)

Ce qu'on en a pensé: «L'inconnue Sasha Lane est une révélation. [...] On pourra trouver à American Honey mille défauts. Chacun d’eux et eux tous ensemble font un cinéma infiniment vivant.»

Caméra d'or: Divines de Houda Benyamina (France)

Ce qu'on en a pensé: «Un film shooté aux stéroïdes des clips rap et de la mythologie gangsta.»

Palme d'or du court-métrage: Timecode de Juanjo Jimenez (Espagne)

Palme d'or d'honneur: Jean-Pierre Léaud

Slate.fr

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters