Tech & internetCulture

Voici le livre préféré d’Internet de tous les temps

Repéré par Aude Lorriaux, mis à jour le 22.05.2016 à 17 h 15

Repéré sur Priceonomics

En matière de lecture, les goûts des internautes sont bien différents de ceux des critiques littéraires.

Pour se retrouver dans le labyrinthe des livres et du Web, créons une exception culturelle algorithmique | Aurelien Guichard via Flickr CC License by

Pour se retrouver dans le labyrinthe des livres et du Web, créons une exception culturelle algorithmique | Aurelien Guichard via Flickr CC License by

Si vous surfez sur quelques-uns des classements de critiques littéraires de ces dix, vingt ou trente dernières années, il y a des chances pour que se glissent en haut du panier Anna Karénine de Léon Tolstoï ou Guerre et Paix du même auteur. Ou bien le Madame Bovary de Gustave Flaubert, comme dans ce classement du Time. Ou encore le Don Quichotte de Miguel Cervantès.

Mais que se passe-t-il lorsque l’on demande aux lecteurs eux-mêmes quels sont les meilleurs livres de tous les temps? Et bien c’est le premier tome de la trilogie Hunger Games qui arrive en tête, avec une note moyenne de 4,36 sur 5, comme le relève le blog Priceonomics. Guerre et paix, lui, n’obtient que 4,10, ce qui le place très loin derrière, selon le classement des «meilleurs livres jamais parus» de Goodreads, une communauté en ligne de lecteurs qui revendique 50 millions de membres.

Ulysse de James Joyce très loin derrière...

Rien d’étonnant, me direz-vous, à ce que Hunger Games, un livre pour adolescent, devance un roman philosophique de 1000 pages auprès du grand public. Mais le classement de Goodreads apporte quelques autres informations intéressantes sur les différences essentielles entre les livres prisés par la critique et les livres populaires.

Certains écrivains mettent tout le monde d’accord: les livres de Nabokov ou de Robert Graves sont appréciés aussi bien des uns et des autres. Lewis Carroll arrive à la 17è place, et William Shakespeare à la 18è, ce qui ne fâchera sans doute ni Télérama ni le New York Times. Mais ne parlez pas de James Joyce aux lecteurs de Goodreads. Son Ulysse n’arrive même pas dans les 100 premiers...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte