Sciences

Au Pakistan, les femmes regardent davantage de porno après leur mariage

Temps de lecture : 2 min

Et chez les hommes, c'est l'inverse.

À Islamabad (Pakistan), en janvier 2015. AAMIR QURESHI / AFP.
À Islamabad (Pakistan), en janvier 2015. AAMIR QURESHI / AFP.

Le mariage a-t-il une influence sur la consommation de porno des hommes et des femmes? Oui, répondent Waqar Husein et Zaufishan Qureshi dans une étude publiée dans le numéro d'avril-juin de la revue Sexologies.

«Les résultats révèlent qu’après le mariage, la consommation de pornographie augmente chez les femmes et diminue chez les hommes et que ces différences sont fortement significatives», écrivent les chercheurs, pour l'un affilié au département des humanités de l'Institut des technologies de l’information d'Islamabad et pour l'autre psychologue conjugale et fondatrice du cabinet BOATS, basé à Rawalpindi.

Leur étude porte sur 41 Pakistanais et 59 Pakistanaises mariés et âgés de 21 à 66 ans. Avant leur mariage, 9% des participantes déclarent avoir consommé du porno, contre 28% après. La tendance inverse est observée chez les hommes: ils sont 23% avant le mariage et 14% après à regarder des contenus pornographiques.

Reste que «[c]e résultat est culturellement spécifique et n’a pas d’équivalent dans les cultures occidentales», précisent Husein et Qureshi. Ce qui s'explique en partie par le fait qu'«au Pakistan, avant le mariage, les jeunes garçons disposent d’une plus grande liberté de passer du temps hors de la maison que les jeunes filles et leurs parents leur donnent plus d’argent de poche. Ils sont de ce fait plus exposés à la pornographie que les filles. Les jeunes filles conquièrent en revanche plus de liberté et disposent de plus de ressources après le mariage, et sont aussi socialement protégées pour jouir de leur sexualité avec leur partenaire. Les femmes répriment leurs désirs sexuels avant le mariage et, dans cette culture peu étudiée, il est probable qu’elles aient un plus grand besoin de plaisir sexuel que les hommes».

Il est aussi possible que le mariage ne soit pas, en lui-même, le facteur décisif de cette évolution de la consommation pornographique, mais révèle plutôt un changement lié à l'âge.

Après le mariage, les hommes arrivent à un âge où ils «s’engagent plus fortement à établir leur statut socio-économique dans la société. Dès lors, leurs priorités peuvent être amenées à changer et passer des fantasmes sexuels à des pratiques sexuelles concrètes avec leur partenaire féminine».

De leur côté, en vieillissant, les femmes sont susceptibles d'être moins stigmatisées par leur consommation de pornographie, d'autant plus qu'elle se fait très majoritairement en couple –un phénomène que l'on retrouve dans d'autres pays, notamment occidentaux.

Sans oublier l'évidence: avant leur mariage, les jeunes filles et les femmes pakistanaises n'ont souvent pas moyen d'accéder à des contenus pornographiques. «[E]n raison de la dominance culturelle des hommes», soulignent les chercheurs, «les femmes restent résolument dépendantes des hommes dans presque toutes les décisions de leur vie. Les pères, les frères, les cousins, les oncles et enfin leurs maris jouent des rôles importants en leur permettant ou leur interdisant certaines activités. Être exposée à des contenus pornographiques suppose d’avoir accès à un ordinateur, un ordinateur portable, un smart-phone, un lecteur de DVD, etc., et donc que l’accès à ces équipements ait été approuvé et financé par les hommes en question».

Slate.fr

Newsletters

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Antarctique, la fin du miracle français?

Antarctique, la fin du miracle français?

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

Newsletters