Monde

En Russie, les écoliers bientôt formés aux fusils d’assaut

Temps de lecture : 2 min

Une nouvelle «option militaire» proposent aux collégiens et lycéens d'apprendre à manier les armes, à sauter en parachute ou encore à s'essayer au tir de précision.

Des écoliers de l'école du général Alexei Yermolov Cossack observent des armes à Stavropol le 17 avril 2015. Crédit: DANIL SEMYONOV / AFP
Des écoliers de l'école du général Alexei Yermolov Cossack observent des armes à Stavropol le 17 avril 2015. Crédit: DANIL SEMYONOV / AFP

C’est un symptôme de plus de la montée en flèche du nationalisme guerrier en Russie: les collégiens et lycéens auront bientôt le droit à un entraînement militaire. L’Etat a lancé un programme pilote dans la ville de Iaroslavl qui doit débuter ce dimanche 22 mai, avant d’être généralisé en septembre dans tout le pays, selon la BBC, qui reprend une information de l’agence russe Ria-Novosti.

Cette option comprend la formation au maniement du fusil d’assaut, au tir de précision, au saut en parachute, ainsi que des cours théoriques et historiques. Les cours sont destinés aux élèves de 14 à 18 ans mais pourront être enseignés aux élèves dès 10 ans, selon l’agence russe.

En février, une photo où l’on voyait des élèves de maternelle poser avec des fusils d'assaut AK-47 et des lance-grenades avait fait polémique. Les bambins de cette école de Saint-Pétersbourg avaient «pris les armes» (factices) dans le cadre de la «Journée des défenseurs de la Patrie», une fête héritée de l'époque soviétique.

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters