France

Une trouble fascination pour la violence handicape le mouvement social

Eric Dupin, mis à jour le 23.05.2016 à 9 h 28

Les idées de «provocations» policières ou d'une violence qui serait indispensable au changement de l'ordre établi paraissent plus que jamais populaires, sans être aucunement prouvées.

À Paris, le 18 mai 2016. CYRIELLE SICARD / AFP.

À Paris, le 18 mai 2016. CYRIELLE SICARD / AFP.

«C’est normal que les gens ne viennent plus en tee-shirt en manif», explique tranquillement un jeune homme battant le pavé, le 19 mai à Paris, contre la loi Travail». Le manifestant devrait désormais se munir d'un foulard, d'un casque, de lunettes de plongée ou encore d'un masque pour se protéger des coups et des gaz lacrymogènes. On conviendra que cet équipement n'incitera pas le plus grand nombre à descendre dans la rue.

C'est un fait que les violences émaillent désormais systématiquement les manifestations au point que les prétendus «débordements» apparaissent pour le moins prémédités. La responsabilité de ces violences fait, bien entendu, l'objet de vives polémiques. La légende urbaine de policiers en civil qui casseraient pour discréditer la protestation populaire court toujours, même si personne n'a jamais pu la transformer en réalité démontrée.

Il est par ailleurs difficile de renvoyer dos à dos violences policières et violences manifestantes. D'abord parce que les secondes sont parfois publiquement revendiquées, au rebours des premières. Ensuite parce que la plupart des affrontements commencent par une attaque contre les forces de l'ordre, même si celle-ci répliquent parfois sans beaucoup de discernement.

Pas moins de 360 fonctionnaires de police ont été blessés depuis mars dans les manifestations. De l'autre côté, on ignore le nombre exact de victimes mais l'on sait qu'un jeune manifestant, qui était loin d'être violent, a perdu un œil à cause d'un tir de flash-ball à Rennes. Et que la «police des polices» a déjà ouvert pas moins de 29 enquêtes au sujet de violences policières.

Des violents doublement pros

Les éléments violents, qui se regroupent souvent en tête de cortège, avant même le carré des organisateurs officiels, sont difficiles à caractériser. Ils se distinguent toutefois des «casseurs» des décennies précédentes, adeptes d'une violence gratuite, ou encore des «dépouilleurs» qui attaquaient les cortèges lycéens pour leur dérober portables et autres effets personnels.

Parmi les groupes qui pourraient être partie prenantes des actions dures, les médias citent généralement le Mili (Mouvement inter-luttes indépendant), qui se présente comme «une base permettant aux différentes composantes de la jeunesse de rompre avec l’isolement, se rencontrer, s’organiser afin de se mesurer collectivement à ce monde et à sa violence indistinctement matérielle et existentielle». Ou encore «Action antifasciste Paris Banlieue», qui prône une «autodéfense populaire». Sans oublier les célèbres «Black Blocs», redoutables commandos de noir vêtus.

Une chose est certaine, le sérieux de beaucoup de ces éléments violents impressionne les policiers confrontés à des groupes «structurés, très professionnels, bien équipés». «Ils sont de plus en plus organisés, méthodiques», constate le préfet de police de Paris Michel Cadot.

«Professionnels», ces groupes sont aussi des provocateurs aguerris. Leur stratégie de la tension vise bel et bien à provoquer une réaction policière selon la dialectique éprouvée du cycle provocation-répression. L'espoir que cette dernière suscite une indignation populaire facteur de mobilisation accrue peut même créer les conditions du pire. Un manifestant tué coûte généralement cher au pouvoir en place...

Complémentarité pacifisme-violence

Confrontés à ces violences récurrentes, les syndicats semblent quelque peu dépassés. Dans un premier temps, ils ont fait semblant d'ignorer le phénomène. La CGT était d'autant plus gênée pour les condamner clairement qu'elles s'était lancée dans une campagne controversée de dénonciation des violences policières.

Lorsqu'il est devenu patent que ces actions handicapaient gravement une mobilisation contre la loi Travail qui plafonne depuis quelques temps, les organisations syndicales se sont enfin décidées à donner à leur service d'ordre la mission de ne pas laisser les éléments violents pourrir leurs manifestations.

Mais cette attitude n'a pas été du goût d'une fraction non négligeable des manifestants, qui ont alors crié à la connivence entre la police et les SO. Car la violence est loin d'être condamnée par tous. D'aucuns l'excusent comme une réponse compréhensible à la «violence sociale», celle des patrons comme celle de l'Etat. Une jeune manifestante justifie la mise à feu d'une voiture de police avec ses agents à bord au motif que «c'est un renversement partiel de ce qu’un manifestant peut subir».

La colère et l'exaspération d'une frange de la jeunesse légitime le recours à l'action violente. L'idée se répand qu'on peut être plus efficace, face au pouvoir, en combinant les répertoires. «Je suis pour la pluralité des modes d’action, du pacifisme à la violence», résume un jeune manifestant.

Même à Nuit Debout, mouvement où le discours de la non-violence était pourtant très prisé, cette conception instrumentale de la violence gagne du terrain. «Il ne faut pas poser la question de la violence sur le plan moral, mais comme une question stratégique», explique doctement un «activiste», résumant le sens de beaucoup d'interventions.

Les partisans d'actions violentes se réjouissent de l'accueil d'une partie du cortège: «Quand des trucs sont pétés (toujours des cibles capitalistes évidentes), la foule soutient joyeusement, par des hourras et des slogans explicites: "Nous sommes tou-te-s des casseurs" et "Haaa / anti / anticapitaliste".» Guillaume, un syndicaliste CGT, affirme que «les K-way noirs (des activistes) et les chasubles rouges (syndicales) doivent avancer ensemble».

«Selon moi, cette violence crie un message, elle est intelligente et se fait l’écho lointain d’autres hurlements du passé», explique une professeure d'histoire pour qui condamner la violence obligerait à «se résigner à amender cette société». Où l'on retrouve la vieille idée que la violence est le passage obligé de l'action révolutionnaire.

Une situation pré-révolutionnaire, vraiment?

Le haut degré d'exaspération des classes populaires et le profond fossé qui s'est creusé entre le «peuple» et les «élites» laisse penser à certains que les troubles actuels peuvent préfigurer une situation de type révolutionnaire.

«Loin des "casseurs" de naguère monte une violence très politique et pré-révolutionnaire, expression (minoritaire) d'une colère (générale)», tweete l'ancien journaliste Bernard Langlois, qui n'a pourtant pas précisément le profil du jeune exalté de l'ultra-gauche.

Pour sa part, Daniel Schneidermann, visiblement en voie d'auto-radicalisation, prend la défense d'Aude Lancelin, évincée du Nouvel Observateur pour mal-pensance, avec cet argument qu'on espère humoristique: «Qu'on se le dise: les incendiaires de voitures de police n'auront pas de défenseurs plus ou moins masqués dans les pages Débat de L'Obs.»

Jean-Luc Mélenchon voit dans tout ce bouillonnement le signe que le système peut «s'écrouler»: «Nous entrons dans un moment d’effondrement de l’autorité politique et du consentement à l’autorité, ce fil psychologique, moral et politique si délicat qui tient ensemble une société».

Nicolas Sarkozy n'est pas si loin de cette analyse. Le président du parti Les Républicains s'inquiète de voir un «pays si tendu» et une France «exaspérée». «Si on continue comme cela, on peut aller à un affrontement très grave entre Français», prévient-il. De son côté, Marine Le Pen est sortie de son jeune médiatique pour accuser le pouvoir de laisser agir «en toute impunité des groupements anarchistes ultra-violents».

Nos obscurs stratèges de la tension subversive devraient peut-être s'en inquiéter: les forces contre-révolutionnaires, dans leur diversité, auraient de grandes chances de gagner ce nouvel épisode annoncé de la guerre civile en France...

Eric Dupin
Eric Dupin (207 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte