Sciences / Santé

Des gisements de tsunamis confirment la présence d'un ancien océan sur Mars

Temps de lecture : 2 min

Les vagues ont atteint les 120 mètres de haut.

 Mars, objet de toutes les convoitises | Kevin Gill via Flickr CC License by
Mars, objet de toutes les convoitises | Kevin Gill via Flickr CC License by

Des murs d'eau de 120 mètres qui feraient passer le tsunami au Japon en 2011 pour une vaguelette. C'est ce qu'a éprouvé la planète Mars il y a environ 3,4 milliards d'années d'après Discover, levant le doute sur la présence d'un océan sur la planète dans le passé.

Le mensuel scientifique s'appuie sur les observations du Planetary Science Institute et ses études de l'érosion de l'ancien littoral martien. Elles révelent que la planète rouge a subi ces catastrophes par deux fois en constatant un recul prononcé des roches. Pas de séismes à l'origine de ces cataclysmes comme c'est souvent le cas sur Terre mais des perturbateurs extérieurs: deux météorites géantes semblables à celle qui frappa notre planète il y a soixante-cinq millions d'années.

Océan martien confirmé

«La découverte de gisements de méga-tsunamis martiens enlève une grande partie de la controverse, qui pendant des décennies a entouré l'hypothèse d'un océan sur Mars», assure Alexis Rodriguez, chercheur à l'origine de ces révélations. Le scientifique affirme également que «la planète est devenue beaucoup plus froide après le premier tsunami», un changement climatique qui a entraîné un raz-de-marée en partie gelé quand la seconde météorite a frappé Mars quelques millions d'années plus tard.

L'ampleur des vagues s'explique par la taille des météorites tombées sur la planète à cette période. Elles ont causé des cratères d'environ trente kilomètres. Les incertitudes liées à l'eau s'évaporent peu à peu pour la planète la plus intrigante du système solaire. En revanche, en ce qui concerne la vie, ce n'est toujours pas gagné.

Newsletters

Les neurosciences ignorent les personnes gauchères

Les neurosciences ignorent les personnes gauchères

Les études sur le fonctionnement du cerveau ne s'intéressent qu'aux individus qui se servent de préférence de la main droite dans l'exécution de la majorité des tâches.

De quoi se nourrirait-on en cas d'apocalypse?

De quoi se nourrirait-on en cas d'apocalypse?

Il faudrait choisir les bons aliments, dire adieu à d'autres et surtout connaître quelques techniques de conservation.

Les pneus de voiture sont une source majeure de pollution océanique

Les pneus de voiture sont une source majeure de pollution océanique

Une toute première étude sur le sujet montre l'impact des pneus et des plaquettes de frein sur la pollution des océans.

Newsletters