Life

Le web VS les intellos en perruque

Slate.fr, mis à jour le 19.10.2009 à 15 h 53

Alors que des voix de plus en plus nombreuses s'élèvent pour dénoncer internet - samedi dernier encore, Jacques Séguéla sur le plateau de On n'est pas couché déclarait «le net est la plus grosse saloperie que l'homme ait inventé» - les sites internet commencent à réagir. Thierry Crouzet avait ouvert la voie avec un long post consacré à l'analyse du discours anti-net de Finkielkraut.

 

 

Chez Owni, c'est Enikao qui s'y colle et élargit l'attaque à tous ceux qu'il qualifie d'intellectuels en perruque, c'est-à-dire les intellectuels médiatiques, ceux qui ont besoin des micros pour exister. Pour Enikao, ils ne peuvent voir l'irruption du net que comme une menace pour leur propre existence médiatique, une réduction de leur fond de commerce. Admettant pour la plupart ne pas connaître le net, ils ne sont pourtant pas avares de  grandes paroles dénonçant ce médium comme la cause de tous les maux de la société actuelle.

Distinguant l'Agora et le Parlement, Enikao rappelle quand même un des avantages un peu trop vite oublié du web comme agora moderne : «il est bien plus engageant de pouvoir interagir directement que de rester passif face à un discours d'intellectuel isolé et coupé du monde. De même, pour un nombre croissant de personnes, naviguer, choisir son information en ligne est plus passionnant que de rester figé face à l'étrange lucarne ou au poste radio.»

[Lire l'intégralité de l'article sur Owni.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte