MondeEconomie

L’empire économique de Trump profite de sa candidature

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 20.05.2016 à 15 h 19

Repéré sur The Washington Post

Les sources de revenus de l'empire du candidat milliardaire, dévoilées par une commission électorale, révèlent que la mauvaise publicité autour de Trump ne l'empêche pas de prospérer dans ses affaires.

Donald Trump's hotel, Las Vegas / Tony Webster

Donald Trump's hotel, Las Vegas / Tony Webster

Les candidats à l’élection présidentielle sont tenus de fournir à une commission fédérale électorale un rapport sur leurs activités financières et leur patrimoine. Et les informations concernant le candidat républicain Donald Trump –le plus long formulaire de l’histoire de la commission, s’est-il vanté– révèlent que sa holding s'est enrichie depuis son entrée en campagne en juin 2015, selon le Washington Post.

Les documents portent sur plus de 530 entités, parmi lesquelles environ 400 portent le nom de «Trump» ou ses initiales, ainsi que sur les actions de l’homme d’affaires dans des entreprises tierces.

La croissance est en premier lieu portée par ses activités dans le golf: l’activité la plus rémunératrice de son empire foisonnant (immobilier, divertissement, finance) est le Trump National Doral, un complexe de golf près de Miami, dont le chiffre d’affaires a explosé en un an, passant de 50 à 132 millions de dollars.

En dépit d' annonces de ruptures de contrats avec des associés gênés par le nom de Trump, qui a multiplié les sorties racistes durant sa campagne, le niveau des revenus de licences n’a pas été modifié en profondeur selon les documents dévoilés, écrit encore le Washington Post.

Des paroles et des actes

Comble de l’ironie, Trump investit dans plusieurs entreprises américaines dont il a fustigé les choix économiques en sa position de candidat, comme Apple, dont il a appelé à boycotter les produits en raison du refus de la firme d’aider le FBI à accéder à des iPhones chiffrés saisis dans le cadre d’affaires de terrorisme. Trump a aussi reçu des dividendes de la société mère de la marque de cookies Oreo, que le candidat avait annoncé ne plus jamais vouloir manger après que l’entreprise ait décidé de fabriquer les biscuits par une usine au Mexique.

En revanche, l’homme d’affaires et candidat refuse toujours de fournir sa déclaration d’impôts, limitant ainsi la possibilité de vérifier une affirmation plusieurs fois réitérée selon laquelle sont empire pèserait plus de 10 milliards de dollars. Par ailleurs, les chiffres divulgués ne prennent pas en compte les paiements d’intérêts des dettes contractées, nombreuses dans le cas des activités du milliardaire. Selon USA Today, les activités de Trump sont liées à pas moins de 100 procédures de réclamations d’impôts non payés. Le magazine Forbes estime sa fortune à 4 milliards de dollars. Selon une analyse du Wall Street Journal, ses participations vaudraient au moins 1,5 milliard.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte