Tech & internetMondeEconomie

Aux États-Unis, Airbnb poursuivi en justice pour discrimination raciale

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 25.05.2016 à 17 h 26

Repéré sur CNN

Le site de location est accusé de ne rien faire pour empêcher la discrimination envers les utilisateurs noirs.

JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

L’année dernière, Gregory Selden, un Afro-Américain de 25 ans, cherchait une location à Philadelphie via le site Airbnb. Avec sa vraie photo de profil, l’hôte lui a dit que l’appartement n’était pas disponible, mais lorsque Selden a envoyé des demandes avec deux faux profils d’hommes blancs, il a reçu des réponses positives.

Le jeune homme a expliqué le problème à des représentants d’Airbnb, mais comme ils n’ont rien fait, Selden fait maintenant un procès à l’entreprise, rapporte CNN. Il accuse Airbnb d’être en violation des lois américaines anti-discrimination, dans la mesure où de fait, le site lui refuse un accès égal à cause de sa couleur de peau. 

«Nous pensons que de nombreuses autres personnes rejoindrons ce recours collectif», a expliqué son avocat.

Les plaignants cherchent en effet à obtenir le statut d’action de groupe afin de représenter tous les utilisateurs d’Airbnb victimes de discrimination raciale. Gregory Selden a déjà contribué à faire connaître leurs témoignages. Début mai, il a partagé son histoire sur Twitter, et de nombreux autres utilisateurs ont raconté des problèmes similaires avec le hashtag #airbnbwhileblack («Être sur Airbnb quand on est noir»),

Ici, Selden montre le faux profil qu’il a créé: un homme blanc nommé Todd, qui a tout de suite été accepté par l’hôte.

«J’ai fait un faux profil d’un mec blanc et j’ai été accepté immédiatement.»

Le journaliste de Slate.com Jamelle Bouie a raconté des problèmes similaires: malgré de bonnes évaluations sur le site, environ trois quarts de ses tentatives de réservations sont rejetées par les hôtes.

Ce à quoi un autre utilisateur afro-américain a répondu qu’il avait trouvé une solution: quand il voyage, il demande à un ami blanc de coordonner les réservations sur le site.

Interviewé par la radio NPR en avril, David King, chargé de la diversité à Airbnb, avait expliqué que l’entreprise était consciente des problèmes de discrimination sur le site, et qu’elle réfléchissait à des façons d’améliorer la situation. Mais pour l’instant, enlever les photos n’est pas considéré comme une option, car le management d’Airbnb pense qu’elles permettent d’établir une relation de confiance entre locataire et hôte.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte