Life

Vers une police du web

Slate.fr, mis à jour le 19.10.2009 à 13 h 03

Eugène Kaspersky,référence dans le domaine de la sécurité informatique et fondateur du Kaspersky Lab, société spécialisée dans la production d'antivirus, défend une vision très Big Brother d'Internet dans une interview au site ZDNet Asie. Pour l'entrepreneur russe, le plus gros problème du web aujourd'hui est l'anonymat.

«Tout le monde devrait avoir à s'identifier, ou posséder un passeport virtuel. Internet n'a pas été conçu à l'origine pour un usage public, mais était destiné aux scientifiques et militaires américains», explique Kaspersky, qui insiste sur la nécessité d'une régulation: «passeport Internet, police du web et accord international sur les standards à suivre».

Une position radicale et inquiétante, estime le site Numérama, qui commente les propos exposés à ZDNet. A l'évocation de l'adresse IP comme système de contrôle déjà utilisé, Eugène Kaspersky répond  "insuffisant", car une adresse IP qui identifie un utilisateur peut être piratée en utilisant celle d'un voisin, ou avec un VPN, un réseau virtuel privé, qui ne stocke aucune donnée de connexion.

Pour le fondateur de Kaspersky Lab, si jusqu'à présent cette proposition n'a pas été encore concrétisée c'est parce que cela serait très couteux et très compliqué au niveau administratif. «Les gouvernements agissent toujours par rapport aux frontières "nationales", mais Internet n'a pas de frontières» a-t-il conclus.

[Lire l'article complet sur Numerama]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: FLICKR/hwayoungjung

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
anonymatIPsécuritéLiensinternet
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte