Monde

Les forces afghanes ont-elles cherché à détruire un hôpital de Médecins sans Frontières?

Temps de lecture : 2 min

Une enquête du New York Times essaie de faire la lumière sur cette affaire.

Des soutiens de Médecins Sans Frontières manifestent le 3 novembre 2015, à New York pour commémorer le bombardement d'un hôpital de Médecins sans Frontières; en Afghanistan, un mois plus tôt. Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Des soutiens de Médecins Sans Frontières manifestent le 3 novembre 2015, à New York pour commémorer le bombardement d'un hôpital de Médecins sans Frontières; en Afghanistan, un mois plus tôt. Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le 3 octobre 2015, 45 personnes ont été tuées dans un hôpital tenu par Médecins sans Frontières à Lunduz, en Afghanistan, lors d'un bombardement américain. Officiellement, c'était une erreur. La cible n'était pas l'hôpital, mais un autre bâtiment d'où les Talibans tiraient.

Sept mois après ce drame, le New York publie une longue enquête qui laisse entendre que les forces afghanes s'étaient persuadées (de façon erronné) que «l'hôpital était un bastion taliban qui servait de quartier général». Tout cela les aurait amenées à donner aux Américains des informations cruciales dans la nuit du 3 octobre qui auraient mené à la destruction du bâtiment.

L'article précise pourtant que MSF ne faisait pas de différences entre les blessés civils, talibans et ceux des forces afghanes. Mais comme le précise Slate.com, «certains Talibans ont peut-être utilisé leur transmetteur radio pour communiquer alors qu'ils se trouvaient dans l'hôpital ce qui a pu créer une certaine confusion».

Informations erronées

Quant à la nuit du 3 octobre, le quotidien new-yorkais indique qu'il y a eu «un tas d'erreurs et de problème techniques, et si l'un d'entre eux n'avait pas eu lieu, cette frappe aurait bien pu être évitée».

Quand il a fallu déterminer dans quel bâtiment gouvernemental étaient retranchés des Talibans, les forces afghanes ont indiqué au général américain en charge de l'opération au sol qu'il avait une forme de grand T. Le général a ensuite passé cette information à l'hélicoptère de combat. Le problème, souligne le New York Times, c'est que cette description correspondait en fait exactement à celle de l'hôpital tenu par MSF, et pas du tout au bâtiment gouvernemental où étaient les Talibans: celui-ci avait une forme trapézoïdale.

Reste que comme le souligne Slate.com, «le Times n'a pas réussi à savoir quels combattants afghans ont fourni cette description à Michael Hutchinson, le commandant américain au sol. Ces individus encore non-identifiés seraient les seuls à savoir réeellement si le bombardement de l'hôpital était bien une erreur ou si la description du bâtiment avait bien été donnée dans le but de le détruire».

En savoir plus:

Newsletters

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Après la mort de vingt-sept personnes exilées lors d'une traversée, les associations font leur possible pour appuyer l'identification des disparus et contacter leurs proches.

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio