Science & santé

Les champignons hallucinogènes pourraient-ils soigner la dépression?

Repéré par Alexis Patri, mis à jour le 18.05.2016 à 11 h 37

Repéré sur Newser, Nature, The Lancet

Une première étude scientifique souligne les effets positifs de la psilocybine sur cette maladie qui touchera un Français sur cinq.

En France, la consommation de champignons hallucinogènes est interdite | Cannabis Pictures via Flickr CC License by

En France, la consommation de champignons hallucinogènes est interdite | Cannabis Pictures via Flickr CC License by

Il s'agit de la première étude au monde cherchant à soigner la dépression au moyen de champignons hallucinogènes, comme l'explique Newser. Des chercheurs de l'université britannique Imperial College à Londres ont donné de la psilocybine –la substance active des champignons hallucinogènes du genre psilocybe, les plus répandus– à douze volontaires atteints de dépression depuis dix-huit ans en moyenne et sur lesquels les traitements classiques n'avaient pas eu d'effets notables.

L'étude publiée dans The Lancet indique que tous les patients ont ressenti une amélioration de leurs symptômes de la dépression au bout d'une semaine de traitement. Après trois mois, cinq patients étaient en rémission complète, ce dont se félicite le neuropsychopharmacologiste Robin Carhart-Harris qui a dirigé l'étude. La revue scientifique Nature rappelle que le traitement par anti-dépresseurs de type «inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine» (ISRS) atteint environ 20% de réussite. 

Blocages administratifs

Au Royaume-Uni comme en France, les champignons hallucinogènes sont strictement interdits et les scientifiques de l'Imperial College ont dû convaincre un comité d'éthique du bien-fondé de leurs recherches. Il leur aura fallu contrer les blocages administratifs pendant les deux ans et demi qui ont séparé l'obtention de subventions et le début de l'expérience.

Le faible échantillon devrait au contraire favoriser de futures études du même type: en travaillant avec seulement douze volontaires, les chercheurs rendent leur résultat, certes très prometteur, peu sûr d'un point de vue scientifique. La prochaine étape est donc de multiplier les recherches du même type avec des groupes plus nombreux afin de savoir si les champignons hallucinogènes sont bel et bien efficaces pour traiter ce que l'Organisation mondiale de la Santé appelle «la principale cause d'invalidité dans le monde.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte