FranceCulture

Le kindle Amazon est arrivé en France: que vaut-il?

Slate.fr, mis à jour le 19.10.2009 à 17 h 17

Amazon capture d'écran

Amazon capture d'écran

Le kindle d'Amazon marche très bien aux Etats-Unis, c'est un «produit leader» selon Rue89. «Pour le premier semestre 2009, l'Association des éditeurs américains chiffre à 42 millions d'euros le total des ventes de ce secteur, soit une hausse de 149,3% sur un an.» 20 Minutes.fr précise qu'en commercialisant son kindle en dehors des Etats-Unis, Amazon entend devancer ses concurrents, au premier rang desquels Sony, et son Reader.

Le Kindle 2 coûte 190 euros. Vous pouvez télécharger dessus près de 290 000 livres, via le réseau téléphonique 3G. L'achat s'effectue en quelques secondes depuis n'importe quelle zone de couverture 3G, sans abonnement particulier ni surcoût. Un livre téléchargé vaut en moyenne 7 euros s'il vient de paraître (contre 20-25 euros pour la version papier), et 5 euros une fois qu'il est disponible en poche.

En gros, le Kindle paraît pratique et économique. Pour Francis Pisani (du blog Transnets sur Le Monde.fr), on oublie le support pour se concentrer sur l'histoire, le récit. Le côté pratique est évident: sur chaque livre, on peut souligner, annoter les passages voulus. Surtout, on peut lire et transporter avec soi des dizaines de livres à la fois: avantage indéniable pour les voyages par exemple.

Pour Pisani, le kindle permet in fine de lire davantage. Là où les maisons d'édition voient une menace, il voit une promesse: celle de retrouver plus de lecteurs sur d'autres supports. Que du positif?

Les défauts sont nombreux, surtout pour le public français: si vous ne lisez pas l'anglais, vous aurez du mal à y trouver votre compte. Pisani explique qu'il a tout Jules Verne sur son kindle, mais manifestement, il faut en chercher les titres an anglais. Vous n'achetez pas Vingt Mille lieux sous les mers, mais 20,000 Leagues Under the Sea, même si le contenu est en français. Il y avait aussi des traductions d'Orwell (1984 et La Ferme des animaux), mais le catalogue a été revu, et les oeuvres ont été retirées. A noter aussi que le clavier est en Querty et que l'objet est livré sans adaptateur électrique européen.

Surtout, désavantage pour tous: le kindle n'est pas véritablement une technologie 2.0. Alors que tout le monde s'habitue au web 2.0, caractérisé par une liberté d'échange, et des fonctions véritablement multimédia, le kindle ne permet pas de partager, d'accéder aux médias sociaux, de téléphoner ou de naviguer sur le web. C'est beaucoup moins multimédia qu'un i-Phone ou que la future tablette d'Apple. Le kindle n'est donc probablement encore qu'un objet de transition, en attendant que ses fonctions de «bouquineur» soient combinées à toutes celles d'un ordinateur portable.

[Lire l'article complet sur Transnet]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Amazon capture d'écran

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte