MondeCulture

Il avait inspiré «Mad Men», le créateur de la pub la plus célèbre de l'histoire est mort

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 17.05.2016 à 19 h 12

Repéré sur Newser, The Washington Post

Bill Backer, 89 ans, avait inspiré le personnage de Don Draper dans la série «Mad Men».

Le 12 février 1971, un spot pour Coca-Cola change l'histoire de la publicité. Son créateur, l'Américain Bill Backer, est mort vendredi 13 mai aux États-Unis. C'est lui qui avait eu l'idée de cette publicité où un groupe de jeunes chantent et incitent le monde entier à boire du Coca-Cola. Le Washington Post la compare aujourd'hui à la sortie d'un tube de The Doors ou des Jackson five tant elle était demandée à la radio à l'époque.

Cette publicité est tellement célèbre que la réflexion qui a mené à sa réalisation a été mise en scène dans la série Mad Men (un détail de la pub est même glissé dans la série). Lorsque le dernier épisode avait été diffusé, nos confrères de Slate.com avaient interviewé Bill Backer. L'ancien directeur créatif de l'agence McCann-Erickson racontait alors comment l'idée lui était venue alors qu'il était coincé à Londres, dans l'obligation de trouver une idée pour Coca:

«Je devais parvenir à quelque chose. J'étais coincé dans un aéroport. J'avais loué un studio, payé des acteurs et des producteurs. J'ai regardé autour de moi et des gens étaient assis en train de boire un Coca.
 

J'ai alors écrit ceci sur le dos d'une serviette: Je dois apprendre au monde à chanter. J'aimerais acheter un Coca au monde et le remplir d'amour. Je me sentais juste comme si je venais d'entendre une voix venant de quelque part dire: Je voudrais être capable de faire ceci pour le monde entier.»

Après sa mort, les hommages sont venus de partout, note le site Newser, qui les rassemble. Le site de Coca-Cola republie la génèse détaillée de la pub.

Le New York Times rappelle les meilleures idées du publicitaire. Il faut aussi lire cet article de la revue Ad Age où l'un de ses anciens collègues explique qu'il enviait Bill Backer pour le grand piano qu'il avait dans son bureau à New York. Ou cette nécrologie qui explique comment il s'est opposé à la construction d'un parc d'attractions Disney

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte