France / Parents & enfants / Économie

Mariage puis divorce, la double peine pour le porte-monnaie

Temps de lecture : 3 min

Alors que le projet de loi «Justice du XXIe siècle», examiné à l'Assemblée, prévoit une réforme du divorce, on peut dire que s'unir et se séparer coûte cher.

 Unis pour la vie ? | mariadelajuana via Flickr CC License by
Unis pour la vie ? | mariadelajuana via Flickr CC License by

Ah le mariage, le divorce. Le deuxième ne va pas sans l'autre bien sûr. Et si les deux événements dessinent des perspectives de vie pour le moins opposés, ils ont pour point commun de voir le jour au bout d'un processus souvent long, complexe et surtout coûteux. Selon les derniers chiffres de l'Insee, 241.000 mariages ont été célébrés en France en 2014 et 124.900 jugements de divorce ont été prononcés en 2013. Soit autant de factures plutôt salées.

Plus de 8.000 euros pour un mariage

À en croire le baromètre OpinionWay de juin 2014, un mariage rassemble en moyenne soixante-dix invités. C'est à ce moment que débutent environ neuf mois et un peu plus de préparations donnant lieu à 8.200 euros de dépenses –et de galères– à répartir selon la convenance et l'épargne du couple. Sauf décision exceptionnelle, c'est le repas rassemblant tous les convives qui représentera l'investissement le plus conséquent. Le site Le Mariage estime un menu à 40 euros. Ne comptez pas moins de 2.800 euros pour un mariage de soixante-dix couverts rien qu'en entrée-plat-dessert (et les convives ont soif!).

Vient ensuite le package location de la salle-décoration. Il avoisine le millier d'euros (beaucoup plus si vous choisissez un château) puis la lune de miel à 600 euros et les tenues des mariés pour le même prix. Reste alors les alliances, l’animation et le photographe. Réputés moins onéreux ils ne manqueront pas de faire grimper la note pour que selon la formule consacrée, «le plus beau jour» de toute une vie soit des plus réussis. À titre de comparaison, sachez tout de même que Kate et William y avaient investi 34 millions de dollars. Quand même près de trois fois moins que Charles et Lady Di. Heureusement, les cadeaux des convives, quelques réductions fiscales et l'assurance de dépenses partagées sur le long terme vous donneront du baume au cœur.

Coûts très variables pour un divorce

Aujourd'hui, près d'un mariage sur deux se termine en divorce. Soit 334 par jour, 14 par heure, rappelle FranceTV info. La séparation par consentement mutuel représente 54% des jugements, soit environ 70.000 demandes. Si la réforme Justice du XXIe siècle discutée à l'Assemblée voit le jour, le passage devant le juge ne sera plus obligatoire. Le dépose de l'acte de divorce sera plafonné à 50 euros mais impliquera toujours les frais d'avocats et de notaire. Depuis le 1er janvier 2013, il est possible d'établir une convention d'honoraires entre l'avocat et son client pour se prémunir de dépenses inenvisagées.

La tarification de la profession n'est pas réglementée. Cela implique des différences importantes dans le coût des consultations, de la représentation pendant les audiences et de la préparation du dossier. Certains avocats proposent un forfait, d'autres un tarif horaire dégressif. Que le devis soit sollicité en ligne ou directement au cabinet vous n'échapperez pas à des prix extrêmement fluctuants en sachant qu'à Paris le tarif sera toujours un peu plus élevé qu'en province.

Avec l'obligation prévue par la réforme de se munir d'un avocat pour chaque conjoint, cela pourrait entraîner des frais supplémentaires. Comptez en moyenne un peu plus de 2.000 euros de frais d'avocat pour un divorce à l'amiable. Chez le notaire, tout dépend du patrimoine: plus il est élevé et plus son partage reviendra cher. En fin de compte la fourchette du coût d'un divorce à l'amiable est assez large, oscillant entre 2.000 et 8.000 euros. Un chiffre capable de refroidir même quand la vie de couple devient un enfer.

D'autant plus qu'une fois le divorce entériné, le plus dur n'est pas fait. C'est ensuite que la situation économique peut frôler la catastrophe. Après un divorce ou une rupture de Pacs, le niveau de vie des femmes baisse en moyenne de 20%, contre 3% pour les hommes, détaille une étude de l'Insee citée par Le Plus. Entre l'éducation des enfants, la pension alimentaire, les différentes charges, crédits et dettes en cours, la perte du conjoint relève d'un coût aussi sentimental que financier.

Bruno Cravo Journaliste

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters