Tech & internetCulture

Il faut absolument aider Kristen Stewart à mieux utiliser son iPhone

Vincent Manilève, mis à jour le 17.05.2016 à 10 h 47

Dans le dernier film d’Olivier Assayas, «Personal Shopper», l’actrice américaine multiplie les erreurs face à un inconnu qui la harcèle de textos.

Extrait du film «Personal Shopper».

Extrait du film «Personal Shopper».

Dans Personal Shopper, le nouveau film d’Olivier Assayas, présenté ce mardi 17 mai en compétition, Kristen Stewart campe Maureen, une Américaine vivant à Paris et dont le métier est de remplir la garde-robe d’une femme mondaine et fortunée. Mais la véritable intrigue du film concerne Lewis, le frère décédé de Maureen, qu’elle tente désespérément de contacter en partant à la recherche de son esprit. 

Lors de la projection de presse de lundi, le film a profondément divisé les journalistes et a essuyé un certain nombre de huées à la fin de la projection. En revanche, tout le monde s’accordait pour dire que l’actrice principale illumine le film et confirme une nouvelle fois (si cela était nécessaire, après Sils Maria, du même Assayas, qui lui a valu un César ou Café Society de Woody Allen) son statut de grande actrice. 

Pourtant, s’il y a bien un moment où la jeune femme fait n’importe quoi, c’est quand elle se saisit de son téléphone. Nous n’évoquerons pas ici le placement de produit Apple complètement assumé, ni même le fait qu’elle bénéficie de wifi dans un train Transilien ou de réseau internet dans le RER, ce qui est tout simplement impossible. 

Nous allons plutôt nous concentrer sur la façon dont Kristen Stewart gère l’inconnu qui lui envoie des messages absolument terrifiants. Depuis un numéro masqué, il envoie à la jeune femme des textos montrant qu’il sait exactement où elle est et ce à quoi elle pense. Cette dernière commence par demander «Qui êtes-vous?», mais son mystérieux interlocuteur préfère lui poser des questions et jouer avec elle que donner son nom. Les messages s’enchaînent, le téléphone vibre sans cesse et Kristen a du mal à ne pas répondre. Après tout, il pourrait s’agir de l’esprit de son frère qui cherche à lui parler.

Kristen Stewart subit de plein fouet le «FOMO»

Le film réussit au moins sur ce point à montrer comment notre rapport aux smartphones peut parfois nous aliéner. Le personnage principal tente bien de ne pas répondre, en passant en mode avion ou en menaçant de bloquer le numéro de son harceleur, mais elle finit toujours par se reconnecter pour voir s’il a répondu, qu’importe si les messages la terrifient.

On a ici un parfait exemple de FOMO (fear of missing out, ou «peur de rater quelque chose»): début mars, le Guardian, évoquant les dangers du téléphone chez les étudiants, expliquait ainsi que ces derniers «étaient susceptibles de subir des sautes d'humeur, une anxiété plus forte, et de regarder plus souvent leur téléphone et les réseaux sociaux pendant des cours ou les moments où il travaillent sur leurs devoirs». C’est exactement ce qui arrive à Kristen Stewart: elle interrompt ses séances de travail pour regarder son téléphone qui vient de vibrer et subit régulièrement des crises d’angoisse en lisant les messages de son interlocuteur. C’est un comportement répandu chez une grande partie des 15-30 ans, qui agace les générations plus anciennes. Il était donc normal de voir une partie du public du film souffler à l’évocation d’un phénomène qui fait pourtant partie du quotidien des plus jeunes. 

Il y a aussi deux éléments inhérents à l’iPhone et que Kristen n’arrive pas du tout à gérer. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d'iMessages (des messages qui sont envoyés par internet), elle fixe constamment les petites bulles qui montrent que son interlocuteur est en train d’écrire en ce moment même.

En 2014, une auteure expliquait sur la plateforme Medium le rôle extrêmement anxiogène de ces bulles:

«Les points de suspension qui apparaissent quand quelqu'un écrit un message dans iMessage sont sans doute la source la plus importante d'espoir et de déception ultime de notre quotidien. […] Les points sont là, il écrit quelque chose de vulnérable, de profond, de vrai, d'honnête. C'est long. Vous attendez. Posez le téléphone. Vous le reprenez. Toujours ces points. Puis ils s'arrêtent. Plus de points. Rien. Puis... attention... "Je dois filer. On se parle plus tard.”»

Ce qui nous faisait alors dire que la solution était d’«écrire dans une note, dans un brouillon, quelque part, votre réponse avant de la copier-coller dans la zone d’iMessage». Ce que ne fera évidemment pas le harceleur, trop content d'apeurer sa victime.  

La question du harcèlement par SMS est traitée avec justesse

La confirmation de lecture est tout aussi problématique. Dans Personal Shopper, on voit ainsi la jeune femme s’apercevoir que son harceleur a bien lu le message qu’elle vient d’envoyer mais qu’il n’a pas encore répondu. Une façon d’accentuer son angoisse. Le processus inverse existe aussi: l’interlocuteur va régulièrement lui envoyer une succession de messages en affirmant qu’il sait qu’elle lit ses messages et qu’elle doit y répondre. La jeune femme va alors y répondre très vite, que ce soit sur le quai d’une gare ou avant de partir sur son scooter. 

Dans ces scènes du film se pose aussi la question de la façon la plus adéquate de faire face à ce harcèlement. Le personnage joué par Kristen Stewart menace l’inconnu de le bloquer, ce qui est possible sur un iPhone depuis quelque temps, mais elle ne le fait jamais. Le mode avion est aussi intéressant, mais il suffit d’un clic pour réactiver le réseau internet et mobile du téléphone. Sans parler des solutions ultimes auxquelles elle pourrait s'astreindre: éteindre son téléphone plus souvent et à le poser loin d’elle.

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte