Culture

Le combat des Kurdes contre Daech montré à Cannes avec «Peshmerga»

Temps de lecture : 2 min

Le long métrage de Bernard-Henri Levy a été sélectionné au dernier moment par le Festival de Cannes.

Image tirée du film «Peshmerga» de Bernard-Henri Lévy. | Ad Vitam
Image tirée du film «Peshmerga» de Bernard-Henri Lévy. | Ad Vitam

Le jury du 69e Festival de Cannes a décidé d'ajouter à sa sélection officielle le film de Bernard-Henri Lévy, indique un communiqué ce lundi 16 mai:

«Ce film, que nous venons de découvrir, se tient au plus près des combattants kurdes Peshmergas. Avec une équipe réduite, le réalisateur a remonté 1000 kilomètres le long de la frontière irakienne du sud au nord, filmant des situations de guerre, des paysages, et des visages d'hommes et de femmes qui sont rarement donnés à voir.»

Tourné en décembre en 2015, ce documentaire veut montrer les scènes de guerre et le rôle important des Kurdes pour lutter contre l'avancée de l'État islamique, qui risposte avec des armes chimiques. Bernard-Henri Lévy et son équipe ont filmé au cœur des grandes batailles des secteurs de Kirkouk, de Mossoul et du Sinjar. Munis de drones, ils ont rapporté des images exclusives des territoires tenus par Daech et, en particulier, de la ville de Mossoul survolée à basse altitude, souligne la production du film.

La séance spéciale aura lieu ce vendredi 20 mai au palais des festivals et une autre pourrait être organisée s'il y avait des demandes supplémentaires. Ce n'est pas la première fois que le Festival décide de projeter un film de Bernard-Henri Lévy alors que la programmation est terminée. C'était déjà le cas en 2012 pour Le Serment de Tobrouk, rappelle Télérama, qui liste les sélections des films du philosophe sur la croisette.

La sortie de Peshmerga en salles est prévue le 8 juin prochain.

Newsletters

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

«Les Choses humaines», portrait complexe de la culture du viol

Le nouveau film d'Yvan Attal raconte une affaire éprouvante à travers plusieurs points de vue, invitant tous les hommes à réfléchir.

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio