Égalités / Monde

Hillary Clinton et Elizabeth Warren, le duo gagnant?

Temps de lecture : 2 min

Un ticket avec deux femmes serait une première pour l'un des deux grands partis.

Elizabeth Warren et Hillary Clinton lors de l'audition de confirmation de John Kerry devant le comité des affaires étrangères du sénat, le 24 janvier 2013. | Saul Loeb / AFP
Elizabeth Warren et Hillary Clinton lors de l'audition de confirmation de John Kerry devant le comité des affaires étrangères du sénat, le 24 janvier 2013. | Saul Loeb / AFP

Bernie Sanders a beau continuer à gagner quelques primaires, il compte toujours 280 délégués de retard sur sa principale rivale. À moins de résultats exceptionnels lors des prochaines semaines, Hillary Clinton devrait donc être investie par le parti démocrate, lors de la convention qui aura lieu en juillet à Philadelphie. On devrait alors également connaître le nom du colistier et, cette année, parmi tous les noms proposés côté démocrate, c'est celui de la sénatrice Elizabeth Warren qui revient le plus souvent.

Comme l'explique NPR:

«Warren est l'idole de la gauche progressiste. Elle pourrait aider Clinton à rallier les pro-Sanders, si Clinton estime qu'elle (et Trump) ne peuvent faire ça seuls. [...] Elle est également impliquée dans une guerre sur Twitter contre Trump. Il la surnomme "Goofy" Elizabeth Warren, et elle lui répond en le traitant de narcissique, et de raciste.»

Quartz explique, de son côté, que présenter deux femmes à l'élection présidentielle n'est pas aussi risqué qu'on pourrait le croire:

«Pour les électeurs déjà mal à l'aise à l'idée d'avoir une femme à la Maison Blanche (indice: c'est surtout des hommes blancs), la présence de Warren pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Mais il semble peu probable que ceux qui sont nostalgiques de l'époque Mad Men allaient voter Clinton de toute façon. Et certains estiment que Clinton n'a d'ailleurs même pas besoin du vote des hommes blancs, dont la proportion dans l'électorat continue de diminuer.»

Pour Elizabeth Winkler, «ça n'a aucun sens de penser que deux femmes serait trop», et au contraire, dans une élection dominée par la misogynie (comme vient de le prouver une nouvelle fois Donald Trump ce week-end), «un ticket Clinton-Warren pourrait bien fonctionner».

Reste que tout le monde n'est pas du même avis quand il s'agit de choisir le meilleur candidat pour devenir colistier de la probable future candidate démocrate.

Dans le podcast de Slate.com consacré à la politique, John Dickerson indiquait, par exemple, ne «pas voir l'aspect rationnel d'une candidature Clinton-Warren». Pour lui, Elizabeth Warren devrait notamment se mettre en retrait si elle devait devenir colistière et éventuellement vice-présidente.

«Hillary Clinton n'a pas besoin d'elle à ses côtés, pour qu'elle soit efficace dans sa lutte contre Trump. Elle est même peut-être plus utile en étant en dehors de sa campagne. Et elles ne sont pas particulièrement proches l'une de l'autre.»

Pour lui, la vraie interrogation sera le critère selon lequel l'équipe Clinton choisira le ou la colistière de l'ancienne secrétaire d'État. Retour à la case départ.

Newsletters

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

Newsletters